Maîtriser le nucléaire. Sortir du nucléaire après Fukushima

Auteur : Jean-Louis basdevant. Editeur : Eyrolles, 224 p. Date de parution : 05/04/2012. Prix indicatif : 19,5 €

Maîtriser le nucléaire est un livre assez technique. Il consacre son premier chapitre à la question de l’énergie en général, avec notamment des données sur la consommation et les ressources mondiales. Les trois chapitres suivants constituent un véritable cours de physique nucléaire – noyaux atomiques, radioactivité, fission, applications. Ces chapitres ont d’ailleurs pour origine deux cours enseignés à l’Ecole Polytechnique par l’auteur.

Vient ensuite le cours sur l’énergie électronucléaire et le fonctionnement des réacteurs nucléaires, notamment des réacteurs à eau pressurisée (REP), de l’EPR (Evolutionary Power Reactors), puis l’étude du combustible, des déchets, du stockage et du démantèlement.

Le cœur du sujet arrive à partir du chapitre 7 avec « les accidents nucléaires civils » racontés comme si vous y étiez : Three Mile Island, Tchernobyl et évidemment catastrophe de Fukushima au chapitre 8. Ces « histoires » sont suivies d’une réflexion poussée sur les répercussions de l’accident de Fukushima au Japon, en Allemagne, en France et dans le reste du monde.

L’auteur revient sur l’évolution de la catastrophe et analyse les risques encourus pour la France. Il met l’accent sur le danger grave de pollution radioactive irréversible du sol et des nappes phréatiques en cas de fusion du cœur des réacteurs actuels. À Fukushima, le combustible des réacteurs fondus a endommagé le fond des cuves et s’est infiltré au travers du béton et se diffuse dans la terre. Le césium 137, d’une demi-vie de 30 ans, et le strontium 90, d’une demi-vie de 29 ans diffusent dans les nappes phréatiques. « Il faudra attendre 300 ans pour qu’une quantité émise soit réduite à un millième de sa valeur initiales. Autrement dit, la région contaminée sera invivable pendant des générations ».

Tordre le cou aux contre-vérités véhiculées

L’auteur insiste également sur les vérités à rétablir. Ainsi, « la puissance nucléaire installée dans le monde est de 393 gigawatts, soit environ 3 % de l’énergie dégagée dans le monde. Pour réduire de 50 % l’émission de gaz carbonique, il faudrait construire plusieurs milliers de nouveaux réacteurs. Ceux-ci épuiseraient les réserves mondiales en moins de cinq ans et produiraient annuellement 150 000 tonnes de déchets radioactifs dont 1 500 tonnes de plutonium. […] De plus, ce surcroît de la puissance nucléaire serait largement inutile dans la mesure où 27 % de la dépense énergétique concerne les transports, routier et aérien, pour lesquels la combustion du pétrole est indispensable ».

Selon l’auteur, « nos sociétés ne sont pas mûres pour utiliser l’électronucléaire dans les conditions technologiques actuelles. Si une sécurité acceptable voit le jour, ce sera dans longtemps. Le gouvernement et le Parlement allemands ont raison : il faut sortir rapidement du nucléaire actuel ».

Notre avis

Si vous avez de solides bases scientifiques et un intérêt certain pour les problématiques liées au nucléaire, ce livre est fait pour vous ! En revanche, si vous recherchez un livre qui vous explique simplement les avantages et inconvénients de l’énergie nucléaire, mieux vaut vous orienter vers d’autres ouvrages.

Les chapitres 8 et 9 sur la catastrophe de Fukushima et ses répercussions sont très intéressants et méritent à eux seuls de se procurer le livre si vous n’avez pas suivi tous les évènements et en voulez un résumé clair, complet et réfléchi.  C’est d’ailleurs ce que nous livre Jean-Louis Basdevant à travers son ouvrage : un point de vue réfléchi par un scientifique qui a consacré à sa carrière à l’étude du nucléaire.

À propos de l’auteur

Directeur de recherche au CNRS, Jean-Louis Basdevant a été pendant 35 ans professeur à l’Ecole polytechnique dont il a présidé le département de physique. Il y a créé les cours d’Energie nucléaire et d’Energie-environnement. Spécialiste de physique des hautes énergies et d’astrophysique nucléaire, il a travaillé au Lawrence Berkeley National Laboratory, au CEA à Saclay, au CERNE à Genève, au Fermi National Accelerator Laboratory,  à l’Argonne National Laboratory, près de Chicago, et à l’INFN de Turin.

> Commander ce livre sur Amazon <

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :