Le radiateur infrarouge fait partie de la grande famille des chauffages électriques. Il fonctionne par rayonnement et non par convection. Présentation des nouveaux modèles et usages.

radiateurs infrarouges

Les radiateurs infrarouges sont principalement utilisés dans les pièces de passage en chauffage d’appoint. PHOTO//DR

Le radiateur infrarouge fonctionne par rayonnement. Tout comme les convecteurs classiques dotés d’une résistance électrique, il consomme de l’électricité pour chauffer. Mais contrairement à eux, il émet des rayons infrarouges (IR), simulant l’action du soleil. Les rayons sont envoyés et chauffent dans toutes les directions : murs, sols, meubles et personnes.

Radiateurs infrarouges à ondes courtes ou longues

On distingue deux grands types de radiateurs infrarouges : ceux à ondes courtes et ceux à ondes longues. Les modèles à ondes courtes sont aussi appelés « radiateurs halogènes ». En fait, l’électricité alimente une lampe halogène qui diffuse ses rayons chauffants. Leur enveloppe est en aluminium pour bien conduire les rayons. Leur portée est relativement courte, d’où leur nom.

Les modèles à ondes longues se basent sur une résistance qui chauffe un cœur en carbone. La paroi externe est fabriquée à partir de matériaux divers : ardoise, époxy, verre, pour un aspect plus design. Il permet de faire baisser votre consommation d’énergie par rapport aux convecteurs classiques. Ce chauffage est considéré comme plus économique que ceux à ondes courtes parce que la portée des ondes permet de baisser la température de consigne. Il reste toutefois plus gourmand qu’un modèle à inertie.

Un prix fonction de la longueur d’onde

Le radiateur à infrarouges à ondes courtes possède divers avantages. Il monte rapidement en température, est silencieux, peut être mobile ou accroché au mur. Par ailleurs, il ne demande pas d’entretien spécifique et a une longue durée de vie. En revanche, il reste assez énergivore, pour une faible diffusion de la chaleur qui ne convient pas aux grandes pièces.

Les modèles à ondes longues possèdent les mêmes atouts, et en plus sont moins énergivores que les précédents. Ils sont toutefois déconseillés dans les pièces vitrées qui réfléchissent trop les infra-rouges. Par contre ils sont tout à fait indiqués pour une grande hauteur sous plafond, car ils chauffent dans toutes les directions, jusqu’à 5 mètres. Le prix de ces radiateurs varie évidemment en fonction de la longueur d’onde. Les halogènes sont vendus entre 30 à 300 € tandis que le prix des carbones s’étend de 200 à 1.300 €.

Lire aussiLe chauffage électrique se réinvente!

Des designs innovants pour les pièces de passage

Le radiateur à infrarouges s’utilisent principalement comme chauffage d’appoint parce qu’il chauffe rapidement dans toutes les directions et est relativement énergivore. Il peut être placé dans la salle de bain, où il peut être à la fois miroir et radiateur. Il pourra également être installé dans le couloir où il sert comme tableau pour laisser des messages à la craie. Certains appareils sont dotés d’un capteur de présence, pour chauffer seulement lorsque le couleur est emprunté. Enfin, dans une chambre d’amis, il peut s’agit d’une tableau personnalisable avec une photo de son choix. Certains produits peuvent même être suspendus. En revanche, on évitera les modèles à ondes longues dans la cuisine et la véranda pour ne pas abîmer les fruits et les denrées, et pour éviter une réflexion trop importante par les vitres.

Il est également possible de placer un radiateur infrarouge en extérieur sur la terrasse s’il est mobile. En effet, les soirées de fin d’été ou de printemps sont fraîches, l’humidité tombe vite et il peut être agréable d’avoir un petit appareil pour se réchauffer. En revanche, cette solution reste un important gâchis énergétique ! Au bout du compte, soyons clairs : pour les pièces à vivre, le radiateur à inertie devra être préféré, car il est reste beaucoup moins gourmand en électricité.

Auteur : Jacques Léger, contribution bénévole

Avertissement: cet article est une contribution bénévole et ne reflète pas forcément la position de la rédaction. 


La rédaction vous conseille aussi :