L’agence américaine Food and Drug Administration (FDA) approuve un nouveau spray nasal pour traiter la dépression. Ce spray nasal Spravato, aussi appelé Eskétamine, peut désormais être utilisé dans les cas de répression résistante aux traitements. Une demande de mise sur le marché européen a aussi été déposée.


Le spray nasal Spravato, ou eskétamine, est lié à la kétamine, connue sous le nom de «Spécial K», un médicament qui est devenu une substance contrôlée en 1999. « Il existe depuis longtemps un besoin de traitements efficaces supplémentaires pour la dépression réfractaire au traitement, une maladie grave pouvant menacer le pronostic vital », explique le Dr Tiffany Farchine de la FDA.

Les patients qui ont essayé au moins deux antidépresseurs sont considérés comme souffrant de dépression résistante au traitement. Environ un tiers des adultes américains souffrant d’un trouble dépressif majeur souffrent de dépression résistante aux traitements, selon Janssen Pharmaceutical Companies, laboratoire qui commercialisera le produit.

Un spray nasal pour lutter contre la dépression sous surveillance médicale

Le spravato s’utilise conjointement avec un antidépresseur oral, selon la FDA. Il est à inhaler une à deux fois par semaine. Mais la prise de ce médicament n’est pas anodine. Le spray ne s’administre que dans un cabinet médical agréé, et en aucun cas en automédication à la maison.

En cause : le besoin d’une surveillance du patient dans l’heure qui suit l’administration du médicament. En effet, la kétamine est une drogue euphorisante. Elle intensifie les perceptions sensorielles, et peut parfois mener à un sentiment de dissociation, de sortie de son propre corps.

Le spravato, un antidépresseur plein de promesses

« Le spravato a le potentiel d’offrir un nouvel espoir au tiers des personnes atteintes d’un trouble dépressif majeur qui n’ont pas répondu aux traitements existants», prévient le Dr Mathai Mammen Janssen, responsable R&D de la Janssen Pharmaceutical Companies.

Si cela peut sembler terrifiant, il s’agit d’une avancée capitale dans le traitement de la dépression. Selon l’Organisation mondiale de la santé, quelque 300 millions de personnes dans le monde souffrent de dépression. Un tiers des personnes dépressives ne répondent pas aux traitements actuels.

Auteur : Chaymaa Deb, journaliste du webzine Natura-Sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :