Un déménagement est souvent synonyme de déchets à gérer, de travaux et de nouveaux achats. Vous venez de signer pour emménager dans un nouveau logement et souhaitez diminuer votre empreinte écologique ? Petit guide pour y parvenir.

déménagement écolo

Comment organiser un déménagement et une installation écolo? Suivez le guide! PHOTO//CC0 Creative Commons

Bien souvent, « déménagement » rime avec « grand rangement ». Vous vous retrouvez avec des déchets de toutes sortes sur les bras : vieux papiers, petits appareils électriques, produits ménagers, vaisselles, médicaments… Mais cela peut aussi être une étagère, un matelas, un canapé ou encore des chaises. Faute de temps, la déchèterie est rarement la destination finale de ces objets lors d’un déménagement. Les plus petits finissent généralement dans la poubelle ménagère, et les plus gros objets sur le trottoir.

Plutôt que de plomber le poids de nos poubelles, il est possible de donner ces objets à des associations, telles qu’Emmaüs. Elles se raviront de recevoir vos cartons remplis d’objets dont vous souhaitez vous débarrasser : vaisselle, bibelots, petits électroménagers, vêtements, jouets et livres. Pour les objets plus imposants, il est toujours possible d’appeler Emmaüs pour organiser rapidement leur enlèvement. Autre petit conseil pour réduire ses déchets et son budget : plutôt que d’acheter des cartons, prévoyez en amont de les récupérer chez les commerçants de votre quartier. Vous les réutiliserez avec de les recycler ou de les donner à nouveau. Pour le reste, prenez un peu de temps pour faire le grand tri !

Lire aussi : Le tri des déchets pour les nuls: comment bien trier?

Réduire la pollution de l’air intérieur

L’air intérieur est bien plus pollué que l’air extérieur et peut entraîner plusieurs impacts sanitaires. L’installation est donc un moment capital pour réduire au maximum les risques d’émanations de Composés Organiques Volatils (COV) dans votre logement. On qualifie ainsi les substances chimiques qui se volatilisent dans votre intérieur à température ambiante. Certains COV sont toxiques : c’est notamment le cas du formaldéhyde qui est cancérigène. Le formaldéhyde est présent dans tous les logements et est notamment relâché par les colles, les peintures, les moquettes, les meubles fabriqués en bois aggloméré et par presque tous les produits d’entretien.

Pour réduire la pollution émise par les équipements de votre maison, il conviendra de se référer à l’étiquetage des émissions en polluants volatils des produits de construction et de décoration. Sont concernés par cet étiquetage les cloisons, revêtements de sols, isolants, peintures, vernis, colles, adhésifs, etc. dans la mesure où ceux-ci sont destinés à un usage intérieur. L’étiquette prend en compte l’émission de formaldéhyde et l’émission totale de COV dans l’air intérieur d’une pièce. Les produits sont classés de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions). Dans ces conditions, vous préférerez le bois naturel au bois aggloméré et utiliserez des peintures naturelles et des colles classées A+.

Bien choisir vos nouveaux équipements

Pour choisir votre électroménager, l’étiquette énergétique sera votre principal allié. Aujourd’hui, la plupart des appareils électroniques sont classés de A+++ (très économe) à D « peu économe »(énergivore). Par rapport à la classe A , un appareil A+ économisera 20% d’énergie, un A++ économisera 40% d’énergie et un A+++ économisera 60% d’énergie.

Concernant vos meubles, il convient de se tourner vers les certifications FSC et PEFC qui garantissent une gestion durable des forêts. L’intégralité de la chaîne d’approvisionnement et de distribution doit détenir la certification pour garantir un produit certifié au consommateur final.

Exemple de meubles FSC ou PEFC : un lit jumeaux proposé par Sonuit

Il y existe un tas d’autres actions pour réduire votre consommation d’eau ou d’énergie. Par exemple, équiper vos robinets de réducteurs de débits, installer un contacteur jour/nuit sur son chauffe-eau électrique ou encore un thermostat intelligent. C’est également l’occasion de prendre un contrat d’électricité verte chez un fournisseur alternatif d’électricité (Enercoop, Planète Oui, Lampiris, EkWateur). Il garantira que l’équivalent de votre consommation électrique a bien été produit à partir de sources renouvelables.

Et si vous êtes propriétaire?

Si vous êtes propriétaire, vous envisagez peut-être d’isoler votre maison et changer vos fenêtres. En vous adressant à un professionnel qualifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), vous aurez droit, sous conditions de ressources, à l’isolation des combles perdus à 1 €. Quel que soit votre profil, les certificats d’économies d’énergie permettent également de financer près de 400 opérations standardisées ou spécifiques d’économies d’énergie. Ils financent les travaux d’isolation de toute sorte de toiture, de murs, plancher… Mais aussi l’achat de chaudières performantes, d’énergies renouvelables, d’ampoules LED, de double vitrage…

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :