Nicolat Hulot est nommé ministre de la transition écologique et solidaire. Emblème de la lutte pour la protection de l’environnement et parmi les personnalités les plus appréciées des Français, Nicolas Hulot est Président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme qu’il a créé en 1990.

nicolas hulot gouvernement

Nicolas Hulot entre au gouvernement. Il devient ministre de la transition écologique et solidaire. PHOTO//Thierry Ehrmann/Flickr

Nicolas Hulot faisait figure de favori pour mener la politique environnementale du nouveau gouvernement. Sa nomination vient d’être confirmée. Et elle devrait ravir les associations environnementales! Nicolas Hulot avait refusé plusieurs postes et têtes de ministère. Que cela soit sous Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy ou encore François Hollande. Il avait aussi renoncé à se présenter à la Présidentielle en 2007 au profit d’un pacte écologique signé par les principaux candidats. Il s’était ensuite présenté à la Primaire écologiste en 2011, mais avait été largement battu par Eva Joly.

Nicolas Hulot avait finalement accepté le poste bénévole d’envoyé spécial du président François Hollande pour la protection de la planète. Poste qu’il a occupé de décembre 2012 à fin janvier 2016. L’objectif était de mobiliser l’opinion internationale sur l’urgence de la crise écologique et de parvenir à un accord à la COP21. A 62 ans, il entre pour la première fois dans un gouvernement.

Nicolas Hulot, emblème de la lutte pour la protection de la nature

Depuis quelques jours, la polémique faisait rage. Le choix d’Edouard Philippe comme premier ministre était largement critiquée par les ONG environnementales. Cet ancien cadre d’Areva entre 2007 et 2010 avait notamment voté contre la Loi Biodiversité et la Loi de transition énergétique pour la croissance verte. Les ONG redoutaient que l’environnement soit relégué au second plan durant le prochain quinquennat.

Lire aussiEdouard Philippe, un Premier ministre anti-écolo?

Mais l’entrée de Nicolas Hulot au gouvernement pourrait changer la donne. C’est aussi une façon de faire passer un message en amont des législatives. Par cette décision, Emmanuel Macron montre qu’il entend bien faire de la transition écologique l’une de ses priorités. Si celle-ci occupait une faible part dans son programme, elle était au coeur des projets de Benoît Hamon et de Jean-Luc Mélenchon.

Emmanuel Macron a entendu les attentes des organisations environnementales. Dans une lettre ouverte daté du 9 mai dernier, 8 ONG environnementales, dont le WWF, la fondation Nicolas Hulot et France Nature Environnement, appelaient Emmanuel Macron à mettre en place un grand ministère de l’Environnement. Il prend la place de deuxième ministre d’Etat dans l’ordre protocolaire.

Pour la transition écologique!

Nicolas Hulot aura notamment pour mission d’assurer l’application de la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Pour respecter la loi de transition énergétique et l’Accord de Paris, de nombreux défis restent à surmonter. Durant le quinquennat, il faudra aussi trancher plusieurs grands projets, critiqués par les associations environnementales : Notre-Dame des Landes, Cigéo, l’EPR de Flamanville… Si Nicolas Hulot est historiquement engagé contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Emmanuel Macron et le Edouard Philippe y sont favorables.

Nicolas Hulot est farouchement opposé aux traités commerciaux transatlantiques, défend l’agriculture biologique et l’agroécologie. Il est adepte de la réduction du nucléaire au profit des énergies renouvelables.

Sur Twitter, il déclare :

Ségolène Royal émue, continuera « le combat climatique »

Au micro de BFMTV, Ségolène Royal s’est montrée très émue. Elle reconnait l’implication de Nicolas Hulot et pense que « ce ministère sera entre de bonnes mains ». « Un travail formidable l’attend », juge-t-elle. Elle a néanmoins regretté ne pas pouvoir continuer son travail dans un autre ministère. A présent, elle fait part de son intention de créer son entreprise dans le domaine de la croissance verte et de la finance verte « pour passer des discours aux actes ». « Je vais continuer le combat climatique, parce que c’est l’engagement de toute une vie », prévient-elle.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :