À la fin de la dernière période glaciaire, la montée des eaux a atteint 18 mètres. Dans une nouvelle étude, des chercheurs montrent que cette élévation du niveau de la mer pourrait principalement provenir de la fonte des calottes glaciaires de l’hémisphère nord. Mieux comprendre l’élévation passée du niveau des mers aidera à mieux prédire la montée des eaux à venir.

montée des eaux : une hausse de 3,9 m à craindre
Face à la montée des eaux, un paysage surréaliste : une fille s’élève sur les ruines d’une maison inondée sous la pluie. // PHOTO : andrey_l / Shutterstock

Il y a environ 14.600 ans, le niveau des mers commençait à monter. C’était la fin de la dernière période glaciaire. En 500 ans, le niveau des mers a augmenté de 18 mètres, soit 3,6 mètres par siècle. Cet événement est connu par les scientifiques sous le nom de impulsion de fonte 1A. Il pourrait provenir principalement de la fonte des calottes glaciaires dans l’hémisphère nord. Voici la conclusion de chercheurs menés par l’université de Durham dans la revue Nature Communications.

Les scientifiques suspectaient jusqu’ici l’énorme calotte glaciaire antarctique d’être responsable de cette montée des eaux. Grâce à des relevés géologiques, l’étude affirme que ces travaux pourraient donner des “indices essentiels” pour mieux comprendre l’impact que pourrait avoir le changement climatique actuel et à venir sur la montée des eaux.

La montée des eaux due à la fonte des calottes glaciaires de l’hémisphère nord ?

Pippa Whitehouse, chercheuse au Département de géographie de l’Université de Durham est co-auteur de l’étude. “Nous avons constaté que la majeure partie de l’élévation rapide du niveau de la mer était due à la fonte des calottes glaciaires en Amérique du Nord et en Scandinavie, avec une contribution étonnamment faible de l’Antarctique”, explique-t-elle. Plus précisément, l’Amérique du nord serait responsable d’une montée des eaux de 12 m, la Scandinavie de 4,6 m et l’Antarctique de seulement 1,3 m. Pour un total de 17,9 mètres.

Lire aussi : Le littoral azuréen risque de disparaître d’ici 2100

En cinq siècles, l’équivalent en eau d’une calotte glaciaire deux fois plus grande que le Groenland a rejoint l’océan. La circulation océanique en a été perturbée au niveau mondial. Pour mieux prévoir la montée des eaux à venir, les scientifiques veulent comprendre l’origine de cette fonte des glaces. Ils explorent aussi les raisons de cette hausse rapide. “La prochaine grande question est de déterminer ce qui a déclenché la fonte des glaces et quel impact l’afflux massif d’eau a eu sur les courants océaniques dans l’Atlantique Nord, précise Pippa Whitehouse. Cela nous préoccupe beaucoup aujourd’hui – toute perturbation du Gulf Stream, par exemple en raison de la fonte de la calotte glaciaire du Groenland, aura des conséquences importantes sur le climat britannique.”

Matthieu Combe

Natura Sciences en accès libre grâce à vous !

Natura Sciences est un média qui appartient intégralement à ses lecteurs et à ses journalistes. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance. Nos articles sont en accès libre pour que tout le monde puisse s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques, sans distinction de revenus.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est ainsi que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :