En 2017, 12% des captures de poissons sauvages dans le monde proviennent de pêcheries durables certifiées MSC. La portée du programme se décuple : c’est deux fois plus qu’en 2010. Objectif : atteindre 20% en 2020!

msc pêche durable

Pêcheurs de la pêcherie de lieu noir de Mer du Nord © Frederic Briois

Dans le programme MSC, chaque pêcherie est unique. Elle se définit par une espèce cible, un engin de pêche, une zone géographique et un porteur de certification. Ainsi, 313 pêcheries sont certifiées dans 36 pays, la plupart dans le Pacifique et l’Atlantique Nord. Elles représentent 9,9 millions de tonnes de produits de la mer, soit environ 12% des captures mondiales. Et 91 pêcheries supplémentaires sont en cours d’évaluation. En France, 10 pêcheries sont déjà certifiées (voir la liste).

Pourquoi faut-il encourager la pêche durable ?

Avec 90 millions de tonnes de poissons sauvages qui se retrouvent dans les filets de pêche chaque année, nous atteignons un plateau. L’océan ne peut plus nous fournir plus de poissons chaque année. Et pour preuve: 31% des stocks mondiaux sont surexploités, 58% le sont pleinement. Pourtant, la pêche reste capitale pour une bonne partie de l’humanité: plus de 500 millions de personnes vivent directement ou indirectement de cette activité.

En fonction des espèces ciblées, certaines pêcheries sont particulièrement engagées dans la certification MSC. Ainsi, 55% des des poissons blancs, 46% des homards et langoustes, 38% des saumons, truites et éperlans sauvages capturés dans le monde (hors aquaculture) portent le label de l’ONG. En revanche, la certification ne concerne que 16% des prises mondiales de thons.

Lire aussi : Chalut, senne et palangre… l’artillerie de la pêche

Label MSC, un référentiel précis et scientifique

label msc

Manifeste des 20 ans du MSC

Le label MSC récompense les pêcheries à la gestion et aux pratiques responsables qui assurent le renouvellement des stocks. Le référentiel MSC repose sur trois principes fondamentaux : pérenniser les stocks de poissons, minimiser l’impact sur l’environnement et assurer une bonne gestion de la pêcherie. Ils se déclinent en 28 critères qui sont notés afin de déterminer la durabilité des pêcheries. La certification est accordée pour une durée de 5 ans avec révision annuelle, mais elle peut être retirée à tout moment. MSC propose un modèle de pêche durable aux pêcheurs, mais aussi aux transformateurs et distributeurs.

La certification MSC n’est pas un gadget. En France, les avancées sur les pêcheries certifiées sont réelles. En Bretagne, les pêcheurs de sardines de la pêcherie Bretagne Sud se sont rapprochés de leurs collègues espagnols et anglais pêchant sur le même stock de sardines Nord/Golfe de Gascogne. Ils ont ainsi réussi à sécuriser la ressource sur le long terme grâce à de nouvelles règles de gestions communes. En Normandie, les efforts des pêcheurs de bulot ont permis de revenir à un stock en bon état, après sa surexploitation dans les années 90. Ainsi, la pêcherie de bulot de la Baie de Granville vient d’obtenir la certification MSC.

Lire aussi : Des océans aux boîtes de thon, Greenpeace nous éclaire

Des produits MSC de plus en plus divers

Plus de 26.000 produits de la mer dans le monde portent le label MSC. En France, plus de 1.900 produits de la mer labellisés sont disponibles en magasins comme les boîtes de sardine de Bretagne de Connétable, les filets de cabillaud de Carrefour ou le tarama Blini.

À l’occasion de ses 20 ans, MSC lance une vaste campagne de communication. En octobre, vous trouverez des promotions sur les produits de la mer labellisés MSC et des outils de sensibilisation pour mieux comprendre l’impact d’une consommation responsable sur les Océans, par exemple chez Carrefour et Lidl.

Film emblématique de la Campagne MSC

Avertissement: cet article est un publi-reportage à caractère promotionnel


La rédaction vous conseille aussi :