La conférence environnementale a été lancée par le Président de la République François Hollande ce vendredi 14 septembre au Palais d’Iéna, à Paris. Il a fermé la porte aux gaz et pétroles de schistes en l’état actuel et établit une feuille de route claire et ambitieuse.

 « Les crises ne se séparent pas, la crise écologique, ce n’est pas une crise de plus. Elle est dans la crise globale » a rappelé François Hollande. Cette conférence ne sera pas une pâle copie du Grenelle de l’environnement; le grenelle a atteint ses limites, l’ambition initiale a été perdue au fil du temps. « Surtout, l’ambition initiale a été perdue et l’économie a été une nouvelle fois opposée à l’écologie », estime le Président de la République.

Le président a taclé les climato-sceptiques. « Comment admettre la dégradation continue des ressources et du patrimoine naturel du monde ? Comment ne pas voir les effets du réchauffement climatique qui n’est pas une opinion mais une réalité scientifique ? », a-t-il insisté.

C’est à une vraie transition écologique qu’il nous invite. Il faudra pour cela définir de nouvelles politiques « Serons-nous solidaires des générations à venir ou trop cupides, trop avides, pour laisser à nos enfants un fardeau que nous aurons encore alourdi du poids de nos égoïsmes ? », questionne-t-il. « Accepter le constat de la fragilité de notre planète, de ses écosystèmes et de sa biodiversité, c’est admettre l’idée que le progrès de l’humanité, à l’heure de la mondialisation, ne peut se construire sur les modèles industriels, nés du siècle dernier », reconnaît-il, avant de rêver d’une France de l’excellence environnementale « A nous de faire que la lutte contre le réchauffement climatique soit non seulement une cause planétaire, européenne, nationale, mais aussi le levier d’un nouveau modèle de croissance, à la fois intelligent, durable, solidaire ».

Gaz de shiste, le débat est clos

« J’entends les arguments économiques, ils existent », reconnaît-il. Mais, « dans l’étant actuel de nos connaissance, personne, je dis bien personne, ne peut affirmer que l’exploitation des gaz et huiles de schistes par fracturation hydraulique, seule technique aujourd’hui connue, est exempte de risques lourds pour la santé et l’environnement ».

Les  sept demandes de permis déposés auprès de l’Etat seront rejetés. Qu’il s’agisse de l’exploration ou de l’exploitation, François Hollande s’engage sur cette ligne de conduite.

Nucléaire, énergies renouvelables et biodiversité

La part du nucléaire sera ramenée de 75 % à 50 % à l’horizon 2025, en garantissant la sûreté maximale. La sentence est tombée : la centrale de Fessenheim sera fermée à la fin de l’année 2016. Il faut en faire un exemple de démantèlement réussi pour que dans le reste du monde, les démantèlements  soient une opportunité pour l’industrie nucléaire française.

Le secteur photovoltaïque a perdu 10 000 emplois en 2010-2012, il faudra redynamiser le secteur. De nouveaux appels d’offres seront lancés pour l’éolien-offshore et il faudra considérablement développer la filière de la biomasse, ainsi que la cogénération.

Le gouvernement fixera la clarification des aides administratives, la stabilité des aides, des dispositifs fiscaux et du système des prix de rachat. L’innovation doit être soutenue, une part des fonds de la Banque Publique d’Investissement sera dédiée à cet objectif. Les investissements d’avenir, issus du Grand Emprunt seront mobilisés.

Concernant la préservation de la biodiversité, le Président de la République a invité à protéger les milieux et les habitats « Nous devons créer de nouvelles réserves naturelles et faire appliquer la loi », déclare-t-il. Il faut lutter contre la consommation rapide des terres agricoles. Il reconnaît que « Nous ne pouvons pas accepter que disparaissent près de 100 000 hectares agricoles tous les ans ». Il faut également limiter l’artificialisation des sols, réduire l’usage des pesticides et protéger au mieux les ressources en eau.

Rénovation thermique des logements

Sur la rénovation thermique, le Président de la République a rappelé ses engagements et confirmé ses ambitions de campagne. Cette rénovation constituera l’une des grandes priorités de son quinquennat. L’objectif est de mettre aux normes énergétiques 1 million de logements par an en se concentrant sur les 4 millions de logements anciens qui sont peu ou mal isolés.

La Banque Publique d’Investissement sera consacrée sur une bonne part de ses activités à la conversion écologique (isolation thermique, renouvelable). Elle sera la banque de la transition.  Elle sera pour partie alimentée par le doublement du plafond du livret A et du livret de développement durable.

Horizon 2015, pour un accord mondial

François Hollande a regretté l’échec de Copenhague, Cancùn, Durban et la déclaration décevante faite à Rio+20. « Même la création de l’agence mondiale pour l’environnement a été repoussée », a-t-il rappelé. Le prochain objectif doit donc être de parvenir à un accord global sur le climat en 2015.  Le Président a d’ailleurs proposé d’accueillir cette conférence à Paris.

A Doha, en décembre, l’Europe confirmera les engagements déjà pris en 2008 dans le cadre du « paquet énergie-climat » : réduire, à l’horizon 2010, nos émissions de gaz à effet de serre de 20 %, porter à 20 % la part de nos énergies renouvelables dans la consommation énergétique et réduire de 20 % notre consommation d’énergie. « Une stratégie ambitieuse axée sur un objectif ambitieux de -40 % en 2030, puis de -60 % en 2040, voilà l’objectif que je défendrai dans le cadre des prochaines discussions », prédit-il.

Réactions à chaud

Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, s’est montrée très enthousiaste à la suite du discours. Elle parle d’un « discours historique », « c’est la première fois qu’un président de la République fait un discours d’une telle ampleur sur la transition écologique », estime-t-elle.

Nicolas Hulot s’est également montré satisfait. « Franchement, il n’y a pas un mot à retirer au discours du Président, tout y est pour la responsabilité », déclare-t-il. « Il y a une grande ambition affichée, maintenant il faut y mettre les moyens ; Je saurai me référer à cette feuille de route dans les semaines, mois et années à venir », affirme-t-il.

Des tables rondes se tiendront à huis clos cette après-midi et demain matin. La restitution se fera demain en début d’après-midi, et la Conférence environnementale se clôturera par le discours du Premier Ministre.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :

  • jo

    il faudrait pouvoir confier un rôle plus important à l’union européenne sur les questions écologiques. La construction de l’Union Européenne et la préservation de notre environnement sont les deux voies, convergentes, sur lesquelles s’engager pour notre avenir.