La malchance a finalement eu raison de l’expédition « 7e continent ». L’équipage avait déjà dû laisser repartir deux membres après un mois de retard accumulé. Après des pannes multiples, après avoir changé de bateau, la mission est finalement annulée à cause du mal de mer aigu de Georges Grépin.

Georges et Alain, les 2 membres d’équipage en route vers le « 7e continent »

« Georges est tombé bien malade après avoir quitté les côtes Californiennes. Il souffre d’un mal de mer aigu. Il risque une déshydratation, surement due à la fatigue et au stress de ces derniers jours et il me faut prendre une décision », déclare Patrick Deixonne dans un communiqué.

Après avoir joint le médecin du centre de coordination d’assistance médicale en mer, Patrick Deixonne décide de faire demi-tour après avoir déjà parcouru plus de 250 km. Pour le médecin, «il est hors de question de continuer vers le centre du Pacifique nord avec une personne dans cet état-là ».

L’équipage rejoint  l’île de Catalina à environ 200 km, pour que Georges puisse reprendre des forces et surtout pour le mettre à l’abri de toute complication médicale. Cela signe l’arrêt définitif de la mission. Patrick Deixonne ne peut continuer tout seul et les protocoles scientifiques et différents travaux à réaliser sur place ne peuvent être effectués par une seule personne.

Une grande déception, mais pas un échec total

 «Les péripéties accumulées ont eu raison de notre budget et  cela ne nous  permet plus de poursuivre » ajoute-t-il. Evidemment, « C’est une énorme déception de n’avoir pas pu aller jusqu’au bout malgré tous les efforts déployés depuis plus d’un mois sur place. »

« Ceci étant dit, nous ne repartons pas avec un sentiment d’échec total. La médiatisation autour de notre mission a permis de faire parler de cette terrible pollution cachée aux yeux de tous, et cela était un  de nos objectifs » affirme-t-il

« De plus, nous avons établi de nombreux contacts très positifs avec différentes personnes qui travaillent ici (Etats-Unis et Mexique) sur cette pollution, nous allons même avoir des collaborations étroites avec certaines d’entre elles. », conclut-il.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :