L’association Ekidina développe son action autour de 2 axes : communication/sensibilisation et actions locales dans le nord de la France. Découvrez ses webdocumentaires et ses projets !

Ekidina

Surle tournage de la série Prodas en Amérique du Sud. © Ekidina

Ekidina se propose de lancer une réflexion sur 3 enjeux clés que sont l’agriculture, la ville et l’énergie. En 2012, l’association a tourné 5 web documentaires en Amérique du Sud, d’une dizaine de minutes et traitant d’un sujet particulier. La série ProDas est née !

Il est possible de visionner les deux premiers documentaires suivants : « Grande et micro-hydraulique : Quelle solution pour l’Amérique du Sud ? » et « L’agriculture urbaine : nourrir la ville par la ville » qui présente l’agriculture urbaine en Bolivie (vous pouvez les voir en bas de page !). Trois autres documentaires sont à venir : l’énergie solaire sud-américaine, « le commerce équitable : L’envers du décor », « L’énergie solaire en Amérique du Sud, une énergie à 2 vitesses » et « Petits agriculteurs sud-américains, une fin programmée ? ».

Vers le libre-service à Amiens avec Ekidina

Ces documentaires servent de bases et d’approches aux actions locales que lance l’association dans le nord de la France notamment des projets de micro-énergies renouvelables et potagers libre-service en ville. L’association participe, en coordination avec le mouvement « Incroyables Comestibles », à l’aménagement de friches et terre-plein publiques sur Amiens en vue d’y implanter des potagers en libre-service.

Pour le Quartier Saint Pierre, la mairie est intéressée à louer cet espace à l’association. Des compléments d’informations sur le projet doivent encore être envoyés pour obtenir l’accord écrit. « Nous prévoyons le début des travaux et potagers à la mi-juin 2013 », nous informe Jordi Hubert, co-fondateur de l’association.

Ekidina a également lancé un projet d’énergie libre-service sur Amiens, « Le concept est d’implanter une éolienne design sur laquelle les habitants peuvent venir brancher leurs téléphones ou ordinateurs portables ainsi que de bénéficier d’un espace wifi avec bancs », explique Jordi Hubert. « Actuellement, nous faisons les demandes de devis, nous réunissons des gens intéressés pour soutenir le projet et nous déposons des dossiers pour des demandes de financement privés », précise-t-il.

Visionnez ci-dessous « Grande et micro hydraulique : Quelle solution pour l’Amérique du Sud ? » et L’agriculture urbaine : nourrir la ville par la ville »

 

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :