Du 19 au 26 février 2013, c’est la 30e édition du Festival international du film d’environnement au Cinéma des cinéastes à Paris! Organisée par  la  Région Île-de-France, cette édition est parrainée par Rajendra Pachauri, Président du GIEC. Place à un lieu de découvertes et d’échanges  autour  des  problématiques  environnementales  et  sociétales ! L’entrée à l’ensemble des séances et débats est gratuite et sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Festival international du film de l'environnement 2013

Festival international du film de l’environnement 2013

Les spectateurs  ont  une  semaine  pour  découvrir  123 fictions, documentaires courts, moyens ou longs et 22 webdocumentaires, venus de 34 pays.Cette année, le Festival international du film d’environnement   présente  une  sélection  de  films sur  l’agriculture  et  ses  évolutions, mais aussi des regards croisés sur la  Grèce, l’Italie et  la Turquie, trois pays du bassin  méditerranéen  en  plein  bouleversement.  Au  travers  de  ces  sélections  thématiques,  le  festival  proposera aussi une approche sociale (monde du travail, conditions de vie des enfants) aussi bien  qu’environnementale (eau et pollutions) du développement durable et interrogera l’évolution de  nos  paysages  urbains.

Deux débats relaieront les réflexions menées sur deux grands sujets environnementaux : l’aménagement du territoire urbain et l’impact des enjeux agricoles sur notre alimentation. Le festival, c’est aussi des tables rondes et des  rencontres avec des experts et professionnels de l’environnement, une exposition dans le hall du Cinéma, Eco bambins et son goûter pour les plus jeunes et, la nuit décalée pour trembler avec 3 films inédits.

Cette année tous  les  films seront présentés au Cinéma des Cinéastes, 7 avenue de Clichy, dans le 17ème arrondissement de Paris. Plusieurs d’entre eux seront également projetés dans  les 9 lieux partenaires du festival en Île-de-France (voir le programme)

Natura Sciences a fait sa sélection et assistera aux projections suivantes :

  • Soirée d’ouverture « Des abeilles et des hommes » – Selon les régions du monde, ce sont entre 50 et 90% des abeilles  qui ont disparu. Il y a cinquante ans, Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l’homme : « Si l’abeille disparaissait du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre.» (Mardi 19 février, 19h, 90′)
  • E-wasteland et Orange Witness – Qu’arrive-t-il à nos appareils électroniques une fois mis au rebut?Une investigation sur l’usage domestique et très répandu de l’agent orange. (Mercredi 20 février, 14h, 20’)
  • Les sacrifiés des ondes – Nous sommes tous des électro sensibles. Des êtres sensibles aux ondes électromagnétiques traversant notre environnement (Mercredi 20 février, 15h30, 70’)
  •  Leviathan – Précisément là où le baleinier Pequod de Melville prenait Moby Dick en chasse, Leviathan saisit l’affrontement entre l’homme, la nature et la machine. (Jeudi 21 février, 15h30, 87’)
  • Naturopolis : New York, la révolution – Jamais autant d’êtres humains n’ont vécu en ville. Depuis 2009, la majorité de l’humanité vit en ville. Jamais autant d’êtres vivants, faune ou flore, n’ont investit les villes. La nature s’empare de la ville et l’homme s’empare de cette nature urbaine. (Jeudi 21 février, 19h, 52’)
  • Rivières perdues – Une excursion dans les rivières enfouies de plusieurs grandes villes du monde pour un regard inédit sur les mondes urbains. (Vendredi 22 février, 11h45, 72’)
  • Unacceptable levels – Exposés constamment à 80 000 substances chimiques présentes dans les différents produits qui nous entourent, nos corps contiennent environ 200 composants industriels synthétiques qui interagissent. (Vendredi 22 février, 13h30, 76’)
  • Les diamants du pôle – Dans la mine de Diavik, à 200 km du cercle polaire, des engins gigantesques creusent la kimberlite pour exhumer des diamants dont les plus gros ne font que quelques dizaines de grammes. (Samedi 23 février, 18h30, 52′)
  • Programme « Eau et pollutions » : Boly Bane (26’17’), Nigeria, la marée noire éternelle (22’10’) et Nôgô, insalubrité (27’) – 1/ Boly, ancien immigré clandestin de retour à Guet-Ndar, se lance dans un projet fou d’assainissement de l’eau. 2/ Depuis plus d’un demi-siècle, une marée noire continue souille le delta du Niger…3/ La vie quotidienne à Baco Djicoroni, un quartier d’habitat spontané de Bamako (Mali) où l’assainissement et l’accès à l’eau potable ont été « oubliés »… (Lundi 25 février, 10h00)
  • Bienvenue chez moi – La fermeture des usines du Nord-Est de la Chine a provoqué une vague d’immigration vers l’Europe. Découvrez le quotidien de ces sans-papiers et de leurs proches restés là-bas.(Lundi 25 février, 12h30, 67’)
  • Débat agriculture urbaine : épiphénomène ou solution durable ? (Lundi 25 février, 15h45)
  • Trashed – Aux côtés de Jeremy Irons, enquête sur les dommages engendrés par les différentes pollutions. (Lundi 25 février, 17h00, 98′)
  • La ruée vers le carbone – Qu’est-ce que le « crédit carbone » ? Que se passe-t-il lorsqu’on fait appel aux marchés pour régler la crise climatique ? Qui en tire profit, et quelles en sont les conséquences ? (Mardi 26 février, 58’)

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :