Les énergies renouvelables sont une priorité pour les petites îles insulaires non reliées au réseau électrique du continent. Beaucoup ont des projets de développement des énergies renouvelables important. Mais à El Hierro, la plus petite île de l’archipel des Canaries, avec ses 300 km2, les énergies renouvelables sont déjà une réalité.

el hierro indépendance énergétique

Grâce à ces 5 éoliennes et une centrale hydroélectrique, El Hierro assure son indépendance énergétique pour sa production d’électricité. PHOTO//DR

A l’occasion du 16e colloque du Syndicat des énergies renouvelables à Paris, Ségolène Royal, Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, a remis le trophée des énergies renouvelables à Alpidio Armas, Président d’El Hierro.

Depuis décembre 2014, la consommation électrique des 8 000 habitants d’El Hierro est entièrement couverte par des énergies renouvelables. Un modèle complémentaire à suivre pour tous les territoires insulaires ! Pour y parvenir, l’île s’est doté de 5 éoliennes, d’une puissance totale de 11,5 MW, complété par une centrale hydroélectrique de 11,3 MW.

La station de transfert d’énergie par pompage (STEP) permet de stocker le surplus d’électricité produit lorsque la production éolienne est supérieure à la consommation de l’île. A l’opposé, lorsque la production éolienne est plus faible, l’eau stockée est turbinée pour compenser la diminution de la production éolienne et assurer l’équilibre offre-demande.

La centrale hydroélectrique a remplacé une centrale à fuel et permettra, chaque année, d’économiser 8 millions d’euros de facture de fuel et d’éviter l’émission de 18 700 tonnes de CO2.

« Nous voulons devenir un territoire autonome en énergie et devenir un modèle de développement durable », affirme Alpidio Armas.

Des bornes de recharges pour les véhicules électriques et une unité de biodiesel sont déjà installés. L’île projette désormais d’utiliser d’autres ressources locales comme le soleil et les huiles usagées pour compléter l’offre et développer un parc automobile décarboné. L’île s’est fixé l’objectif de remplacer, à l’horizon 2020, l’ensemble de son parc automobile traditionnel par des véhicules électriques ou  utilisant du biodiesel.

Auteur : Raphaël Petit, journaliste du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :