Faire des économies sur sa facture d’électricité, c’est ce que propose JPME. Cette société spécialisée dans l’achat et la vente d’énergie verte propose de faire des économies en produisant directement à son domicile de l’électricité verte, à l’aide de panneaux photovoltaïques.

jpme autoconsommation
Un nouveau fournisseur d’électricité fait le pari de l’autoconsommation. PHOTO//CC0 Domaine public

JPME (« Je Produis Mon Électricité ») est une société spécialisée dans l’achat et la revente d’électricité verte. Son originalité : proposer à ses clients de faire des économies sur leurs factures d’électricité en optant pour l’autoconsommation. Ainsi, 2.500 de leurs clients sont aujourd’hui équipés d’un générateur photovoltaïque, dans le but de produire leur propre électricité. Ainsi, ces derniers peuvent produire leurs propres kilowattheures, et les consommer directement chez eux.

« Nous raccordons en moyenne une centaine de clients par mois, notamment suite à une souscription en ligne sur le site internet JPME.fr », affirme Thierry Clément, directeur général de JPME. Natura Sciences s’est entretenu avec lui.

Natura Sciences : JPME est un fournisseur d’électricité verte participatif. Quel est le mix de votre électricité verte? Où achetez-vous vos garanties d’origine?

Thierry Clément : Notre mix énergétique est d’origine solaire, hydraulique, éolien et biomasse. Nous achetons notre électricité verte dans un premier temps sur le marché français, puis sur le marché européen. D’ici trois ans, nous construirons nos propres centrales solaires. Les garanties d’origine sont délivrées par un organisme indépendant qui veille à la provenance des électrons que nous achetons.

Qu’est-ce qui différencie JPME d’un autre fournisseur d’électricité verte?

Notre valeur ajoutée se situe dans l’approche que nous proposons à nos clients afin qu’ils soient acteurs de leur propre réduction de facture d’électricité. Inciter le client à produire lui-même l’électricité qu’il consomme, c’est l’aider à réduire sa facture d’environ 50% à 60%. Aujourd’hui, les comparateurs de fournisseurs d’énergie ne regardent que le prix du kWh et l’origine de la production. Cette comparaison est très restrictive, et favorise les grands énergéticiens qui peuvent proposer des offres beaucoup plus compétitives que les nôtres. Cependant, JPME est plus compétitif sur la baisse de la facture globale car nous travaillons sur quatre leviers pour faire baisser la facture d’électricité de nos clients tout en restant 100% vert.

Lesquels sont-ils?

Premièrement, nous expliquons au consommateur que le prix du kWh se divise en trois parties égales : l’électron, l’acheminement, et les taxes. Cela permet de comprendre que dans le cas où le tarif de l’électron est 25% moins cher, cela n’impacte votre facture que sur 30% du total. Deuxièmement, nous proposons une électricité verte 5% moins chère que le tarif réglementé en vigueur. Nous revendons quasiment cette énergie au prix où nous l’achetons. Le troisième levier est de produire et de consommer sa propre électricité. En effet, lorsque l’électron ne passe pas par le réseau national, il ne faut payer ni l’acheminement, ni les taxes. Cela peut faire baisser la facture de 50%, voire plus.

Lire aussi : L’autoconsommation solaire pour une électricité moins chère demain

Est-il possible de s’abonner à JPME sans auto-consommer? Quelle est la part d’autoconsommation chez vos clients?

Oui, mais dans ce cas, le consommateur n’actionnera qu’un seul levier de la maîtrise de coût de l’énergie. Or, nous ne sommes pas les plus compétitifs sur le prix de l’électron vert. Aujourd’hui 98% des clients JPME ont installé un générateur solaire et font de l’autoconsommation.

Qu’est-ce que le stockage virtuel de l’électricité?

Depuis le début de l’année nous raccordons les clients en autoconsommation à la fourniture avec le stockage virtuel. Cela sert à éviter que l’électricité produite par un générateur reparte gratuitement dans le réseau ENEDIS lorsque la quantité produite dépasse le besoin de consommation. Ainsi, le consommateur a également la possibilité de gérer le surplus d’une facture en utilisant la batterie virtuelle. Dans ce cas, 100% de la production est attribuée au consommateur. Pour utiliser ce service, le client doit s’acquitter d’un droit d’entrée de 699 euros.

Comment cela fonctionne-t-il ?

On parle de batterie virtuelle mais en pratique l’électron de surplus est bien réinjecté dans le réseau ENEDIS. Cependant, il est comptabilisé dans le réseau JPME appelé périmètre d’équilibre. Ainsi JPME mesure, chez chacun de ses clients, les électrons entrants et sortants enregistrés par le compteur et identifiés par leur numéro de point de livraison. Ces flux sont enregistrés dans le cloud, accessible pour chacun de ses clients, et permettent de définir la valeur du surplus produit qui sera déduite en fin d’année sur sa facture.

Quels sont les avantages de ce système ?

Ce système évite d’avoir chez soi une batterie coûteuse et encombrante. Il permet également d’éviter la mise en place d’un contrat comme l’obligation d’achat. Le client reste libre. Cela lui permettra notamment de pouvoir adapter gratuitement son contrat en fonction des évolutions de ses besoins énergétique, en cas d’achat d’un véhicule électrique par exemple. Enfin, s’ils le souhaitent, les clients peuvent déduire leur surplus chez eux ou l’un de leurs proches abonné chez nous.

Propos recueillis par Chaymaa Deb, journaliste de Natura Sciences


La rédaction vous conseille aussi :