Jane Goodall, ethnologue et anthropologue britannique, a créé une nouvelle campagne baptisée Trees For Jane. Avec cette initiative, elle a pour objectif de planter 1.000 milliards d’arbres d’ici 2030.

“Nous pouvons tous faire partie de la solution en protégeant, restaurant et plantant des arbres” – Jane Goodall // UN Photo/Mark Garten

La célèbre ethnologue et anthropologue, spécialiste des chimpanzés, Jane Goodall, s’engage dans un nouvel objectif. Le défi ? Planter 1.000 milliards d’arbres d’ici 2030 dans le monde. Elle ne compte pas y arriver seule. Pour y parvenir, elle organise une nouvelle campagne baptisée Trees For Jane. Une initiative qui s’inscrit dans les projets de la Décennie des Nations Unis pour la restauration des écosystèmes.

Une initiative contre le changement climatique

Cette action est née d’un constat. “La crise climatique affecte toutes les vies sur Terre. Vous n’avez pas besoin d’être scientifique pour comprendre – demandez à un fermier, un pêcheur, un pilote de ligne, un ingénieur en bâtiment…à n’importe quelle personne qui travaille à proximité de la nature. Des violents orages et inondations, aux sécheresses sans précédents et incendies de forêts, ils peuvent vous dire comment le dérèglement climatique déstabilise à un rythme terrifiant. Mais chacun d’entre nous peut faire la différence. Nous pouvons tous faire partie de la solution en protégeant, restaurant et plantant des arbres. Nous pouvons aider à la création d’un monde meilleur pour toutes les créatures vivantes”, explique Jane Goodall sur le site internet dédié à cette cause.

Les émissions carbones restent les principales responsables de ce réchauffement climatique. Les arbres permettent de les capter et sont le moyen naturel efficace en la matière. Or, ils sont à ce jour menacés par des sécheresses et feux de forêts de plus en plus dévastateurs. À cela s’ajoute la déforestation massive, au rythme affolant de près d’un hectare par seconde.

“Les arbres du monde sont en danger”

Pour mener à bien ce projet de restauration des forêts, la campagne Trees For Jane propose trois pistes. Il est possible de faire un don en faveur de la protection des forêts et de leurs gardiens indigènes. La seconde action consiste à faire une donation pour soutenir des projets mondiaux, supportés par des ONG pour la reforestation. Enfin, les participants peuvent enregistrer un arbre planté par leurs soins, selon le guide mis à disposition.

Aujourd’hui, 30% des 60.000 espèces d’arbres dans le monde risquent d’être perdues à jamais, selon le rapport State of the World’s Trees. Dans un communiqué, Gerard T. Donnelly, président et chef de la direction de The Morton Arboretum, l’une des 60 institutions à avoir participé à ce rapport, déclare que “cette évaluation montre clairement que les arbres du monde sont en danger”. Cette disparition trouve ses origines dans l’agriculture, la surexploitation et le pâturage. Elle risque d’entraîner avec elle la perte d’habitat de plusieurs espèces. “En tant qu’espèce clé des écosystèmes forestiers, les arbres soutiennent de nombreuses autres plantes et êtres vivants qui disparaissent également de la planète, alerte Gérard T. Donnelly. Sauver une espèce d’arbre signifie sauver bien plus que les arbres eux-mêmes”. À ce jour, les pays les plus menacés par cette disparition seraient le Brésil, la Chine, l’Indonésie et la Malaisie.

Ouns Hamdi

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
denise

Selon l’adage : « si tu plantes des conifères achète des canadairs » Depuis plus de 30 ans l’ONF fait planter des conifères parce que ça consomme moins d’eau, résultat ça évacue moins de chaleur, apporte moins de pluie et brule tous les étés … Ils avaient même le projet de faire remonter les plantes méditerranéennes jusque dans le nord de la France … ! L’urgence climatique c’est de gérer intelligemment les excès d’eau pour ne plus en manquer, ce sont uniquement les zones sèches qui brulent ! On aura sauvé la planète quand nos campagnes seront des océans de verdures en plein été ! Pas d’eau pas de vie pas de climat … Sur les continents, la régulation thermique de l’atmosphère est automatique tant que les surfaces exposées au soleil sont couvertes d’eau ou de végétation, autrement dit : c’est la sécheresse des sols qui provoquent le dérèglement climatique et non pas le dérèglement climatique qui provoque les sécheresses, le climat se dérègle quand les continents ne transpirent plus !