A l’occasion de l’ouverture du colloque de l’Ademe, Bruno Lechevin, son Président est revenu sur la polémique concernant la publication par Mediapart d’une version non finalisée de son rapport «Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050».

100% enr ademe

Le potentiel d’énergies renouvelables en France permettrait de produire jusqu’à 3 fois la consommation de la France. PHOTO// Natura-sciences

Bruno Lechevin a réaffirmé ce matin devant Ségolène Royal et les professionels des énergies renouvelables, que l’étude publiée par Mediapart n’était pas terminée et serait complétée pour être diffuée d’ici la fin de l’été. Selon lui, la version qui a fuité, présentée comme « rapport final » ne doit pas être instrumentalisée et détournée.

« L’étude dans une forme intermédiaire a été diffusée il y a quelques mois à des membres d’un comité de concertation qui regroupe les acteurs du système électrique, afin d’en receuillir leurs commentaires. C’est d’ailleurs cette version qui a fuité et a été mise en ligne, la semaine dernière [par Médiapart] », assure Bruno Lechevin. « Au 1er trimestre, les échanges avec le comité nous ont conduit à lancer, en accord avec les services du ministère, des travaux complémentaires pour réaliser des études de sensibilité sur certaines hypothèses, comme celles des baisses des coûts des technologies ou la capacité de piloter la demande» développe-t-il.

Cette étude de l’ADEME est un travail exploratoire assez technique. Elle vise à étudier la capacité à assurer l’équilibre du réseau à mesure que la part des énergies renouvelables augmente dans le mix électrique. Elle explore ainsi le potentiel de l’effacement, du renforcement des réseaux, du stockage, identifie les facteurs clés, comme le développement de la maîtrise et de la demande en énergie.

Des résultats à consolider

Le rapport en question est en effet assez technique. Il explore le potentiel de développement des énergies renouvelables, mais surtout les moyens techniques d’assurer l’équilibre du réseau toute l’année, quel que soit la météo et l’heure de la journée.

«Le productible maximal théorique, calculé à partir des facteurs de charge régionaux de chaque filière, est ainsi de 1 268 TWh, soit le triple de la demande annuelle de 422 Twh », assure le rapport intermédiaire. «Néanmoins, rien ne garantit l’adéquation, à chaque instant, entre production et demande, c’est pourquoi des calculs au pas horaire sont essentiels our s’assurer que l’équilibre eut être atteint à chaque heure de l’année», précise-t-il. D’où la nécessité de poursuivre les recherches.

Le résultat principal est le suivant : d’après les simulations effectuées, dans un mix 100% électrique, le prix du megawattheure serait similaire à un mix énergétique à 40% de renouvelables et 50% nucléaire.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :

  • Objectif Terre

    C’est superbe que l’étude ait été partagée aux françaises et français dès à présent, c’est à dire à celles et ceux qui ont financé l’étude (0,3 M€). On aura le droit à une seconde version après l’été, et on pourra alors comparer. Bravo à Médiapart. Transparence. Démocratie énergétique.

  • FEE

    Les éoliennes représentent 60% du mix 100% ENR de l’Ademe ! Découvrez leurs secrets … https://youtu.be/h_aPoVt5TC4?list=PLa5ZVqyvbhK-f4Jo9wVJgBE_5xXW47u7E