Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, remplaçons les chaudières au fioul par des chaudières écologiques. François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire souhaite rendre ce changement désirable.

prime écologique chaudière

A quelle prime écologique avez-vous le droit pour changer de chaudière? PHOTO//CC0 Domaine Public

Selon l’ADEME, une chaudière au fioul rejette jusqu’à 10 fois plus de CO2 qu’un  chauffage utilisant des énergies renouvelables. Pour lutter contre le réchauffement climatique, le Gouvernement vise donc le zéro chaudière à fioul d’ici 10 ans. « Les chaudières au fioul, c’est 3,5 millions de petites centrales thermiques », rappelle François de Rugy, ministre de la transition écologique. « Pour se substituer au fioul, il y a le gaz, des chaudières à bois ou des pompes à chaleur ». Il est temps d’adopter la nouvelle génération de chaudières écologiques.

Le ministre veut aller contre les idées reçues. « Les chaudières à bois, ce ne sont plus des bûches que l’on va mettre toutes les heures ou deux heures dans le foyer. Elles sont programmables et les granulés tombent dans la chaudière comme des gouttes de fioul. Cela a un coût : c’est plus cher qu’une chaudière au fioul. Il faut le dire, mais il y a des aides ».

La prime écologique chaudière

Pour remplacer les 3,5 millions de chaudières au fioul, le gouvernement a lancé en janvier 2019 la prime à la conversion chaudière. Cette aide est autrement connue sous le nom « Coup de pouce chauffage ». Comme pour la prime à la conversion des véhicules, tous les ménages peuvent bénéficier de cette offre. Pour remplacer votre chaudière individuelle au charbon, au fioul ou peu performante au gaz par une chaudière écologique, l’aide monte jusqu’à 4 000 € pour les ménages modestes et 2500 € pour les autres. Par chaudière écologique, le ministère entend une chaudière biomasse performante, une pompe à chaleur air/eau ou eau/eau, un système solaire combiné ou une pompe à chaleur hybride.

Une aide de 1200 euros est prévue pour les ménages modestes qui veulent s’équiper d’une chaudière au gaz à très haute performance énergétique. Elle est de 600 euros pour les autres ménages. « La prime à la conversion des chaudières est cumulable avec d’autres aides comme Habiter mieux agilité (Agence nationale de l’habitat, Anah), le crédit d’impôt pour la transition écologique (CITE), l’écoprêt à taux zéro… », précise le ministère. Ce dernier vous propose un simulateur pour calculer le montant de l’aide à laquelle vous pouvez prétendre.

Il existe des offres proposant un reste-à-charge à 1 €. Dans tous les cas, il conviendra de faire appel à un artisan ou une entreprise RGE (« Reconnu garant de l’environnement ») et choisir une offre émanant d’un acteur signataire de la charte « Coup de pouce ».

Est-ce rentable d’acheter une chaudière écologique ?

Le ministère évalue le coût de remplacement d’une chaudière fioul par une pompe à chaleur air-eau à 12 000 €. Un couple avec 26 000 € de revenus annuels vivant hors Ile-de-France peut cumuler 9 187 € d’aides. Le reste à charge de 2 813 € peut être couvert en contractant un écoprêt à taux zéro. Selon l’ADEME, remplacer sa chaudière à énergie fossile peu performante permet d’économiser jusqu’à 1 200 € par an . Soit un retour sur investissement en près de trois ans. Et cela est sans considérer l’amélioration de la sécurité et de la qualité de l’air.

Plus largement, le ministre de la transition écologique et solidaire veut rendre désirable la rénovation énergétique. Il faut comprendre que si tous les travaux ne sont pas nécessairement rentables, ils améliorent le confort de vie. « Plein de gens n’ont pas besoin d’aides pour décider de refaire les peintures, la cuisine ou la salle de bain de leur logement, tous les 5 ou 10 ans pour avoir un meilleur cadre de vie, analyse François de Rugy. Ils ne le font pas par obligation, mais pour se l’approprier et ne demandent aucune aide pour ce faire. » Comment déclencher le passage à l’action sur la rénovation énergétique pour améliorer le confort thermique tout en diminuant les gaz à effet de serre ? Le défi est bien là.

Auteur : Matthieu Combe, journaliste du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :