Dans une nouvelle enquête, L214 dévoile l’horreur d’un élevage vitrine “préférence” Herta. L’association porte plainte pour maltraitance envers les animaux et contre Herta pour tromperie du consommateur.

L214 herta elevage preference
La nouvelle enquête de L214 porte sur un élevage de porcs “préférence” de la marque Herta. PHOTO//Sébastien Arsac/L214

L’enquête de L214 montre, une fois n’est pas coutume, des images choquantes. Porcelets claqués au sol ou écrasés par leur mère, porcs blessés et entassés à l’extrême… voici ce qu’a filmé L214 entre juin et septembre 2020 dans un élevage de la filière « préférence » d’Herta situé sur la commune de Limoise dans l’Allier. Ces images sont en totale opposition avec les engagements affichés par la marque.

L214 porte plainte pour mauvais traitements des animaux auprès de la procureure de Moulins et contre Herta pour tromperie du consommateur. En parallèle, l’association lance une pétition adressée à Herta pour demander à Nestlé et Casa Tarradellas, propriétaires de la marque respectivement à hauteur de 40 % et 60 %, de s’engager à bannir les pires pratiques. La pétition demande notamment de “stopper l’enfermement à vie des cochons, l’élevage sur béton, les mutilations douloureuses aux porcelets et les cages individuelles pour les truies”.

Un monde entre les promesses d’Herta et la réalité

Herta est la marque la plus achetée par les Français. Sur le site Internet présentant la démarche, la marque avance : “avec cette filière, HERTA® signe les prémisses de l’élevage moderne et plus responsable“. En particulier, “nos éleveurs s’engagent à respecter un guide de bonnes pratiques”. De plus, “la « filière Préférence » initie une démarche plus respectueuse de l’environnement et du bien-être animal”. La totalité des approvisionnements en porcs français de la marque sont désormais issus de sa “filière Préférence“.

Les élevages de cette filière modèle de la marque semblent loin d’être aussi vertueux que ces promesses. Sébastien Arsac, co-fondateur de L214, accuse : “Herta nous ment. Les élevages “Préférence” Herta ne sont pas respectueux des animaux et ne fonctionnent pas de façon plus “moderne et responsable” que la plupart des élevages intensifs standards. Ce sont des élevages sordides où les animaux passent une vie de souffrance.”

Lire aussi : Foie gras et gavage : L214 porte plainte contre l’État français

De nouvelles images de L214 contre Herta

Les images montrent un éleveur ramasser des porcelets morts par dizaines, et assommer des porcelets jugés trop chétifs. Depuis 2013, la réglementation impose que tous les cochons disposent en permanence de matériaux leur permettant des activités de recherche et de manipulation. Cela peut être de la paille, du foin ou de la sciure. Dans l’élevage filmé, une simple chaîne accrochée au plafond, fait office de d’enrichissement.

Face à la promiscuité, les agressions entre animaux sont fréquentes. Pour éviter qu’ils se mordent et se blessent, les éleveurs leur coupent systématiquement la queue, pratique pourtant interdite par la réglementation. En plus, certains porcs présentent des hernies de la taille de ballons de football. Face à ces maladies et malformations, les éleveurs ont recours à un arsenal de produits médicamenteux, dont des antibiotiques périmés depuis 10 ans.

Voir la vidéo de l’enquête de L214 dans un élevage Herta – Attention images choquantes

Auteur : Matthieu Combe, journaliste de Natura Sciences

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :