Dix ans après la catastrophe de Fukushima, la filière nucléaire japonaise bat toujours de l’aile, avec une grande partie des réacteurs du pays à l’arrêt ou en voie de démantèlement. Le gouvernement est cependant favorable à une relance de la filière, pour réduire l’importante dépendance énergétique du pays, et aussi ses émissions de CO2. Le pays s’est fixé pour objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

fukushima-nucleaire-japon_site
Une manifestation des japonais contre le nucléaire // PHOTO : TK Kurikawa / Shutterstock.com

Il y a 10 ans, le 11 mars 2011, le monde découvrait la catastrophe de Fukushima. Un tsunami entraînait alors la fonte du cœur des réacteurs 1, 2 et 3 et faisait surchauffer la piscine de désactivation du réacteur 4. Aujourd’hui, environ 5.000 personnes travaillent quotidiennement sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi. Des enchevêtrements de ferraille çà et là, comme au sommet du réacteur numéro 1 au toit toujours décapité, rappellent la violence de la catastrophe.  Et avec leurs signaux sonores stridents, les dosimètres mobiles disposés un peu partout ne rassurent guère. Depuis dix ans, les travailleurs ont déblayé les pourtours des réacteurs. Ils ont construit de nouvelles digues et retiré des barres de combustible intactes avec des grues géantes.

Le plus dur reste à faire : extraire près de 900 tonnes de combustible fondu avec d’autres débris devenus eux aussi hautement radioactifs. La pandémie a retardé le développement au Royaume-Uni d’un bras robotique spécial nécessaire au démarrage du retrait du combustible fondu. L’opération est donc repoussé d’un an, à 2022. Soit presque une bagatelle pour un démantèlement devant encore durer 30 à 40 ans, au mieux.

Un mur de glace sous les réacteurs pour bloquer l’eau radioactive

Par chance, le puissant séisme qui a de nouveau secoué le nord-est du Japon le 13 février dernier n’a pas provoqué de tsunami ni causé de dégâts majeurs, y compris à Fukushima Daiichi. Cela a toutefois accéléré l’écoulement de l’eau de refroidissement dans plusieurs réacteurs, a constaté l’opérateur Tepco. Mais la situation est sous contrôle, assure le groupe. Cette eau est maintenue en circuit fermé et pompée.

Pendant longtemps, l’eau souterraine des montagnes voisines, devenant radioactive en s’infiltrant dans le sous-sol des réacteurs, a posé un gros problème. Un “mur de glace” de 30 mètres de profondeur et 1,5 kilomètre de longueur sous les réacteurs atténue désormais la problématique.

Lire aussi : Se préparer à la gestion post-accident nucléaire

Mais à cause de la pluie également, environ 140 m3 d’eau radioactive par jour en moyenne ont été générées en 2020 sur le site. Ces eaux contaminées, filtrées mais contenant toujours du tritium, s’accumulent actuellement dans un millier de citernes bleues, grises et blanches sur le site. Les capacités de stockage sur place arrivant à saturation à l’été 2022, la solution d’un rejet progressif en mer s’est imposée. Mais le gouvernement japonais n’a pas encore officialisé cette décision politiquement très sensible.

Les Japonais utilisent encore du nucléaire

54 réacteurs nucléaires fonctionnaient au Japon avant le mars 2011. Dix ans plus tard, seuls neuf réacteurs restent opérationnels. Et le démantèlement de 24 réacteurs est déjà acté. Tous les réacteurs japonais avaient été mis à l’arrêt après l’accident, pour renforcer les normes nationales de sécurité nucléaire. La part de l’atome dans la production d’électricité du pays représentait seulement 6,2% en 2019. Contre 30% avant 2011, selon des données officielles. Le gouvernement compte la porter à nouveau à 20-22% d’ici 2030.

Lire aussi : Bientôt un accident nucléaire aux Etats-Unis?

Cet objectif, en cours de révision, paraît toutefois impossible à atteindre aux yeux de nombreux experts. Une majorité de Japonais demeurent hostiles au nucléaire depuis le traumatisme de Fukushima. Et des dizaines de contentieux, initiés par des riverains de centrales pour s’opposer à leur réouverture, sont toujours en cours. En plus, les nouvelles normes de sécurité nucléaire, les démantèlements et la maintenance des centrales entraînent des coûts astronomiques.

Comme ailleurs, le nucléaire peut coûter très cher

Début 2020, l’agence de presse japonaise Kyodo avait chiffré le dépenses nécessaires à 13.460 milliards de yens. Soit plus de 106 milliards d’euros. Cette estimation n’incluait pas les coûts du démantèlement de Fukushima Daiichi. Ni les coûts des travaux de décontamination de la zone, probablement encore plus élevés. “L’avenir du nucléaire est très sombre” au Japon, a estimé ce mois-ci Takeo Kikkawa, un expert universitaire conseillant le gouvernement en matière de programmation énergétique. Ce sera au mieux une énergie de transition car le renouvellement du parc nucléaire n’est pas prévu, a-t-il ajouté.

Les acteurs nippons de la filière préfèrent ainsi davantage investir dans les énergies renouvelables. Le secteur y est bien plus rentable. En juin dernier, Tepco a notamment annoncé son intention d’investir environ 2.000 milliards de yens (près de 16 milliards d’euros) sur dix ans pour se renforcer dans les énergies renouvelables. Toshiba et Hitachi ont quant à eux abandonné ces dernières années leurs projets de centrales nucléaires au Royaume-Uni.

Matthieu Combe avec AFP

Natura Sciences en accès libre grâce à vous !

Natura Sciences est un média qui appartient intégralement à ses lecteurs et à ses journalistes. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance. Nos articles sont en accès libre pour que tout le monde puisse s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques, sans distinction de revenus.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est ainsi que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :