La Screlec lance l’offre E-mobilité le recyclage des vélos et des trottinettes électriques à partir de 2021. L’éco-organisme a organisé mardi 13 octobre au matin un point presse pour présenter le lancement de cette offre.

recyclage batteries trottinettes
L’éco-organisme Screlec prendra en charge en 2021 la collecte des batteries des petits véhicules électriques, notamment trottinettes et vélos. PHOTO//CC0 Domaine public

La Screlec, l’éco-organisme en charge de la collecte des piles et des accumulateurs portables en fin de vie, lance à partir de l’année prochaine une offre E-mobilité. Son but : collecter auprès des particuliers, des collectivités et des industriels les batteries des petits véhicules électriques. Celles-ci proviennent d’une nouvelle offre de vélos et de trottinettes électriques. L’éco-organisme prévoit aussi de réguler la gestion des incivilités. Elle ramasse notamment les trottinettes et vélos jetés dans les fleuves et les décharges sauvages.

Une offre de collecte de batteries qui s’adapte au marché

Plus précisément, cette offre E-mobilité accompagnera tous les acteurs de la société. Pour  les citoyens équipés de trottinettes électriques , il suffira de ramener leurs batteries dans les magasins. « Pour l’instant, le système de collecte pour les particuliers n’est pas encore mis en place » rappelle Yann Caillaut, directeur du développement et de la communication de la Screlec.

Pour les entreprises, la Screlec facilitera les démarches pour collecter les batteries. Elle assurera ainsi une meilleure sécurité pour les entreprises qui pouvaient entreposer plusieurs batteries lithium-ion en fin de vie. Au contact avec l’air, lors d’un stockage prolongé, les matériaux qui la composent peuvent s’avérer dangereux et provoquer des incendies.

L’organisme anticipe alors une évolution probable de la réglementation. Elle propose son expertise aux metteurs sur le marché français pour la prise en charge de ces batteries. 

Aujourd’hui, avec les opérations ponctuelles de collecte, 30 tonnes de batteries sont collectées et recyclées en 2020. Soit « moins de 10% de la flotte », selon les propos d’Emmanuel Toussaint Dauvergne, directeur général de la Screlec. « Notre perspective pour 2021 serait d’atteindre les 50 tonnes » rajoute-t-il.

Lire aussi : Le vélo électrique pliant pour booster la mobilité douce?

Une augmentation des piles dans les foyers

Cette offre E-mobilité démarrera avec une dizaine d’acteurs, à la fin 2020. Elle vient élargir le domaine de recyclage de la Screlec, qui recyclait déjà les piles, les batteries dites ménagères et les cartouches d’impression professionnelles. Elle vient aussi compléter plusieurs autres mesures d’intensification de collecte et de recyclage. L’organisme à but non lucratif veut aussi dynamiser les réseaux de collecte dans les lieux de passage et avec les entreprises.

En 2020, 1,45 milliard de piles et accumulateurs ont été collectées en France dans les 32 000 points de collecte, soit un poids de 15 500 tonnes. Pour les batteries seulement, l’éco-organisme en a collecté 5682 tonnes l’année dernière, soit une augmentation de 48% en 4 ans.

Auteur : Manu Lassabe, journaliste de Natura Sciences


La rédaction vous conseille aussi :