Pour la première fois, des scientifiques du Cirad et de l’IRD cartographient les forêts tropicales d’Afrique centrale. Objectif : mieux les protéger face aux effets du changement global.

forêts d'afrique centrale poumon vert vulnérable
Port de bois d’Owendo près de Libreville, au Gabon. Ici, les Okoumé sont expédiés dans le monde entier. PHOTO //O.Rek’s / Shutterstock

Si les forêts amazoniennes sont le poumon gauche de la planète, celles d’Afrique centrale en sont le poumon droit. Mais pour savoir comment protéger cette immense forêt, il est nécessaire de la caractériser. C’est à cet énorme chantier que se sont attelés les équipes du Cirad et l’IRD. L’étude est parue ce mercredi dans la revue Nature. “Les marges forestières du Nord et du Sud de la région, les forêts atlantiques et la plupart de celles de la République Démocratique du Congo (…) comptent parmi les plus vulnérables”, annonce Bonaventure Sonké, co-auteur de l’étude, dans un communiqué.

Pour cette étude, les chercheurs ont collaboré avec des bureaux d’études et des concessionnaires forestiers. Ainsi, ils ont pu construire une base de données représentative des écosystèmes. Elle regroupe 6 millions d’arbres répartis dans plus de 185 000 parcelles de terrain, le tout dans 6 pays différents. Ils ont ensuite croisé ces données avec les scénarios climatiques du GIEC et les projections démographiques attendues à la fin du siècle établies par les Nations Unies. Et ils ont construit deux cartes disponibles en ligne. La première sur la vulnérabilité au changement climatique et l’autre sur la vulnérabilité à la pression anthropique.

Vulnérabilité au changement global

Grâce à ces cartes à destination des décideurs, les chercheurs ont pu mettre en évidence les zones qui comportent le plus d’essences sensibles au changement climatique ou à l’activité humaine. Par exemple, la République Démocratique du Congo recense à elle seule la majorité des essences vulnérables.

Lire aussi : Le changement climatique détruit encore plus de forêt primaire

Ces résultats doivent maintenant être utilisés, valorisés et appliqués afin d’élaborer des plans d’utilisation des terres qui préservent les caractéristiques des forêts”, juge Sylvie Gourlet-Fleury, écologue forestière au CIRAD qui prône une gestion durable du bois d’œuvre. “Là où la pression humaine est trop forte, les gestionnaires auraient la possibilité de rétablir ces connexions grâce à des programmes de restauration de la biodiversité ou de développement de l’agroforesterie”, conclut-elle.

Fanny Bouchaud

Natura Sciences en accès libre grâce à vous !

Natura Sciences est un média qui appartient intégralement à ses lecteurs et à ses journalistes. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance. Nos articles sont en accès libre pour que tout le monde puisse s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques, sans distinction de revenus.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est ainsi que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :