Ce vendredi, la marche pour le climat a réuni des milliers de jeunes à travers la France. Nous avons suivi le cortège parisien, de la place du Panthéon jusqu’à Assemblée nationale. 10.000 jeunes y ont marché dans les rues, selon l’organisateur Youth For Climate. Reportage.

marche pour le climat Camille Etienne
A l’arrivée, à l’Assemblée nationale, notre journaliste tombe sur la militante Camille Étienne, figure de l’activisme écologiste. // PHOTO : Chaymaa Deb, Natura Sciences

Le départ de la marche pour le climat était fixé 14 h place du Panthéon. La jeunesse parisienne avait rendez-vous à l’appel de Youth For Climate pour manifester son soutien aux travaux de la Convention citoyenne pour le climat. Le message s’adresse directement à Emmanuel Macron : “Écoute la jeunesse, elle lance un SOS“, scandent les manifestants. “Un régiment d’étudiants déclare la guerre aux pollueurs. C’est pour sauver le climat, car Macron n’y arrive pas“, appellent d’autres.

L’avenir reste pour le moins incertain pour les jeunes. Et ils ne se contentent pas des promesses politiques. “On ne peut pas continuer à vivre avec un avenir qui est entre parenthèses et incertain comme ça, que cela soit pour la jeunesse ou pour le climat“, insiste une manifestante. Une autre espère bien que la justice obligera le gouvernement à prendre des mesures plus fortes, avec l’Affaire du siècle.

Lire aussi : Plus de 40 marches pour le climat en France ce vendredi

Une marche pour climat contre la précarité étudiante et pour la justice sociale

Le cortège vient aussi en soutien à tous les étudiants en situation de précarité actuellement. “L’État n’agit pas et il est nécessaire au moins que nous allions dans la rue pour faire entendre nos voix“, remarque Elissande, une étudiante de 19 ans, en deuxième année de licence à l’Université Panthéon-Sorbonne. “D’un point de vue psychologique, c’est hyper dur, on est hyper isolé. Cela fait un an que nous sommes tous devant un ordinateur.

Elie Sibille, étudiant en sciences sociales partage pour sa part son point de vue sur la convergence des luttes. “Il est extrêmement important de faire converger trois choses, à savoir la jeunesse, la lutte anti-capitaliste et la lutte pour l’environnement. Si on se bat pour notre futur en tant que jeune, on se doit de se battre pour une planète en bon état et on doit aussi se battre pour un monde où la justice sociale passe avant quoi que ce soit d’autre.

Matthieu Combe et Chaymaa Deb

Natura Sciences en accès libre grâce à vous !

Natura Sciences est un média qui appartient intégralement à ses lecteurs et à ses journalistes. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance. Nos articles sont en accès libre pour que tout le monde puisse s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques, sans distinction de revenus.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est ainsi que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :