agence-internationale-énergie-aie-émissions-CO2

Première source du réchauffement climatique, les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) devraient atteindre un niveau jamais vu d’ici à 2023. C’est le constat alarmant fait par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ce mardi 20 juillet. Considérant la trop faible part que les plans de relance liés au Covid-19 consacrent aux énergies durables, ces émissions vont continuer à croître par la suite, prévient l’AIE. L’agence a calculé qu’à peine 2% des sommes débloquées pour affronter la pandémie sont allées dans la transition énergétique. Cela représente 380 milliards de dollars.

Selon les calculs faits par l’AIE et le FMI à la mi-2020, un investissement vert additionnel de 1000 milliards de dollars par an et sur trois ans permettrait de soutenir la reprise. Surtout, il créerait “neuf millions d’emplois“, tout cela dans le respect de l’accord de Paris. A ce jour, les mesures adoptées devraient entraîner 350 milliards de dollars de dépenses supplémentaires annuelles. C’est mieux qu’avant la Covid-19, mais pas assez.

L’AIE souligne la situation alarmante dans les pays en développement et émergents. Ces régions affichent à peine 20% des investissements nécessaires à leur décarbonation. L’institution craint un “fossé grandissant” avec les pays riches. En mai, elle avait surpris le secteur des énergies en publiant sa feuille de route pour la neutralité carbone mondiale à horizon 2050. L’AIE avait alors appelé à l’abandon de tout nouveau projet d’exploration de combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon).

Natura Sciences avec AFP

Photo : VanderWolf Images / Shutterstock

LE NOUVEAU NATURA SCIENCES SUR ULULE

Alors que 53% Français estiment que les médias et les journalistes n'accordent pas assez de place à la crise écologique et climatique, le média Natura Sciences lance sa nouvelle formule pensée pour faire face aux défis climatiques et écologiques d'ici 2030. Notre mission : construire une nouvelle société, plus respectueuse des humains et du vivant dans toutes ses composantes.

Cette nouvelle formule, davantage tournée vers l'action et plus incisive, est en pré-vente exclusive sur Ulule jusqu'au 10 novembre prochain. Elle est soutenue par plusieurs personnalités dont le climatologue Jean Jouzel, la lauréate du prix Goldman pour l'environnement Lucie Pinson ou encore la réalisatrice Marie-Monique Robin. L’exigence de Natura Sciences passe encore et toujours par son indépendance et l’absence de toute publicité.

Partagez, pré-abonnez-vous, nous comptons sur votre soutien, merci !


La rédaction vous conseille aussi :