Les carcasses de visons enfouies à la hâte dans le cadre de la lutte contre le coronavirus sont source de pollution. Elle n’aurait pas d’incidence directe sur l’eau potable, a indiqué vendredi l’agence danoise de l’Environnement dans un rapport préliminaire.

visons-covid19-danemark_site
Des visons élevés dans de mauvaises conditions // PHOTO : Nicolai Dybdal / Shutterstock.com

Des substances provenant de visons enterrés ont été trouvées sous les fosses (…). La première étape est maintenant de collecter et de nettoyer”, a indiqué l’agence danoise de protection de l’environnement Miljøstyrelsen dans un communiqué. “Il est important de souligner que les experts montrent clairement qu’il n’y a aucun risque pour l’eau potable. Et ils indiquent des méthodes de traitement éprouvées qui peuvent éliminer la pollution avant qu’elle n’atteigne les lacs et les ruisseaux”, a affirmé une responsable de l’Agence, Charlotte Moosdorf, citée dans le communiqué.

En novembre, le Danemark avait décidé d’éliminer l’ensemble de son cheptel de visons. Le pays soupçonnait ces 15 millions de bêtes de porter et transmettre une mutation du coronavirus potentiellement problématique pour l’Homme.

Lire aussi : L’abattage de 1.000 visons dans un élevage contaminé en Eure-et-Loir choque

Copenhague craignait une pollution au phosphore et à l’azote. Elle pourrait provenir de la décomposition des corps des animaux morts enterrés dans l’urgence. Le gouvernement a donc décidé en décembre de déterrer les quatre millions de carcasses quand leur possible risque contagieux aura complètement disparu. Il sera alors temps de les incinérer en tant que déchets.

Les deux sites d’enfouissement se trouvent dans l’ouest du pays nordique de 5,8 millions d’habitants. Dans l’un d’entre eux, des signes de pollution ont été détectés dans trois des 32 forages réalisés. Dans l’autre, la pollution touche pour l’instant un forage sur 26. Il s’agit d’une pollution à l’azote et à l’ammoniaque.

Natura Sciences avec AFP

LE NOUVEAU NATURA SCIENCES SUR ULULE

Alors que 53% Français estiment que les médias et les journalistes n'accordent pas assez de place à la crise écologique et climatique, le média Natura Sciences lance sa nouvelle formule pensée pour faire face aux défis climatiques et écologiques d'ici 2030. Notre mission : construire une nouvelle société, plus respectueuse des humains et du vivant dans toutes ses composantes.

Cette nouvelle formule, davantage tournée vers l'action et plus incisive, est en pré-vente exclusive sur Ulule jusqu'au 10 novembre prochain. Elle est soutenue par plusieurs personnalités dont le climatologue Jean Jouzel, la lauréate du prix Goldman pour l'environnement Lucie Pinson ou encore la réalisatrice Marie-Monique Robin. L’exigence de Natura Sciences passe encore et toujours par son indépendance et l’absence de toute publicité.

Partagez, pré-abonnez-vous, nous comptons sur votre soutien, merci !


La rédaction vous conseille aussi :