Les États-Unis sont de loin le pays générant le plus de déchets plastique dans le monde, selon un nouveau rapport publié ce mercredi, qui appelle à développer une stratégie nationale pour y remédier.

Les Etats-Unis, le pays contribuant le plus à la pollution plastique dans le monde
Les États-Unis, le pays contribuant le plus à la pollution plastique du monde. // PHOTO : Marko Aliaksandr

En 2016, les États-Unis ont généré environ 42 millions de tonnes de déchets plastiques. C’est deux fois plus que la Chine et davantage que l’ensemble des pays de l’Union européenne, selon une analyse des Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine. Or les États-Unis représentent moins de 5% de la population mondiale.

Les États-Unis mauvais élève des déchets plastiques

En moyenne, chaque Américain génère 130 kg de déchets plastiques par an. La deuxième place revient au Royaume-Uni, avec 98 kg annuels par personne. En France, la moyenne s’élève à 43 kg. « Le succès de l’invention miraculeuse du plastique au 20e siècle a aussi produit un déluge de déchets plastiques à l’échelle mondiale, partout où nous regardons », écrit Margaret Spring, présidente du comité d’experts, auteure de ce rapport, commandé par le Congrès américain.

Margaret Spring qualifie le problème de « crise environnementale et sociale ». Au moins 8,8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans l’océan chaque année dans le monde. Cela équivaut à un camion poubelle déchargé dans la mer toutes les minutes, rappelle le rapport. « Tous les plastiques, y compris ceux jetés sur la terre ferme, sont susceptibles de finir dans l’océan, via les rivières par exemple », ajoute-t-il.

Un rapport qui incite aux changements

Le rapport recommande de développer une stratégie nationale aux États-Unis d’ici la fin de l’année 2022. Il détaille plusieurs axes pour s’attaquer au problème. Par exemple, il propose de limiter la production de plastique non recyclé, en capturant mieux le plastique dans l’environnement, ou en poussant le développement d’alternatives.

Le rapport recommande également de mieux collecter les données sur la génération de déchets plastiques, en identifiant par exemple les plus grosses sources de déchets. « Il s’agit du rapport le plus complet et accablant sur la pollution plastique jamais publié », a réagi Judith Enk, présidente de l’association Beyond Plastics.

Lire aussi : Pollution des océans par les déchets plastiques: des solutions connues à déployer

Des prévisions dramatiques

Au rythme actuel, la quantité de plastique versé dans l’océan pourrait atteindre 53 millions de tonnes par an en 2030, soit la moitié du poids total de poissons pêché dans l’océan annuellement. Les recherches scientifiques ont montré que des centaines d’espèces sont susceptibles de se retrouver prises dans des déchets plastiques ou d’ingérer des microplastiques. Si la production de plastique a explosé, notamment depuis les années 1980, le développement du recyclage n’a, lui, pas suivi.

« Nous ne pouvons plus ignorer le rôle des États-Unis dans la crise de la pollution plastique, l’une des menaces environnementales les plus grandes à laquelle nos océans et notre planète font face aujourd’hui », a également réagi Christy Leavitt, directrice de la campagne sur les plastiques au sein de l’ONG Oceana.

Natura Sciences avec AFP

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :