Mohamed Merdji, sociologue de l’alimentation, s’intéresse aux leviers sociologiques liés à notre rapport à la viande et à l’élevage. Pourquoi acceptons-nous que certains animaux soient élevés pour finir dans notre assiette, alors que nous refusons catégoriquement, le plus souvent, de manger des animaux familiers, comme les chiens ? Voici ses réflexions.

viande culpabilité

Vous reprendrez un peu de viande rouge ou un peu de vache ?

La viande constitue l’un des aliments les plus désirés. Elle tient une place centrale dans notre assiette. Il est traditionnellement accepté qu’un « vrai » repas doit contenir de la viande ou du poisson, le reste n’étant qu’un « accompagnement ».

Mais c’est également l’aliment le plus ambivalent, à cause de la culpabilité liée au « meurtre » de l’animal. « Pour s’en protéger, l’opération est occultée en la « sous-traitant » aux abattoirs ou aux bouchers », rappelle Mohamed Merdji, Professeur de Sociologie et d’Economie de l’alimentation à Audencia Nantes. Ces abattoirs sont relégués en périphérie des villes pour cacher la culpabilité et ne pas heurter la sensibilité des consommateurs.

La représentation du boucher « tueur » est ancrée dans nos sociétés, pendant que la viande est vendue en barquette dans les supermarchés. Il ne faut surtout pas que le morceau de viande qu’elle contient rappelle la forme de l’animal vivant. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le lapin se vend de plus en plus rarement « entier » !

Lire aussiAbattoir bio du Gard: scandale révélé par L214

Mieux catégoriser pour mieux se protéger !

Pour se protéger de sa culpabilité, l’Homme a créé des catégories relationnelles en fonction de catégories d’ « usage ». On retrouve les animaux familiers domestiques proches (chats, chiens) qui sont exclus de nos assiettes. De même, les animaux sauvages, lointains de nous, n’y ont pas leur place. C’est le cas, par exemple, des lions, éléphants, chimpanzés et girafes.

On accepte généralement de manger que deux catégories d’animaux : le bétail (bœuf, cochon, mouton, etc.) et le gibier (sanglier, daim). Dès lors que l’on éprouve de la sympathie pour l’un d’eux, il devient plus difficile de les accepter dans notre assiette. On évite donc de s’y attacher.

Certains animaux, comme les chameaux, chevaux et kangourous se situent dans ce que Mohamed Medji appelle un « purgatoire transitionnel ». Certaines personnes les acceptent dans leurs assiettes, d’autres non. C’est la raison pour laquelle le « scandale » de la viande de cheval a été autant médiatisé. Si la viande de bœuf avait été mélangée avec de la viande de poulet, cela aurait, pour sûr, moins déchaîné les passions.

Notons tout de même que les animaux entrant dans ces catégories varient en fonction de la culture populaire. En Asie, le chien relève, par exemple, de la catégorie du bétail.

Au-delà de la culpabilité, se manifestant dans l’attente d’un bien-être animal respecté, les principales préoccupations du consommateur de viande sont la traçabilité, la diététique et l’empreinte écologique. « On aimerait que les animaux que l’on mange soient bien traitées pour réduire notre culpabilité », conclue le Professeur de Sociologie et d’Economie de l’alimentation à Audencia Nantes. En revanche, on ne souhaite pas non plus réellement connaître les pratiques de l’élevage industriel, car pour sûr, nous devrions également occulter notre culpabilité liée à ces pratiques !

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :

  • afin de comprendre notre relation actuelle avec les 3 grandes catégories d’animaux (sauvage, domestique, nourriture), j’ai cherché à remonter le cours de l’histoire; on peut en lire une version courte sur coop-ecolo-prod.fr