Lors du débat entre Sandrine Rousseau et Yannick Jadot sur Bourdin Direct ce 24 septembre, les candidats ont émis leur avis sur la chasse aux loups. Contestant son existence en France, l’eurodéputé a évoqué des “tirs de régulation”. Cette expression apparaît inadaptée puisque le loup s’inscrit comme une espèce protégée.

Yannick Jadot BourdinDirect
Yannick Jadot s’est prononcé favorable aux “tirs de régulation” suite à la question “Faut-il interdire la chasse aux loups en France ?” ce vendredi 24 septembre au micro de Jean Jacques Bourdin. / PHOTO : Capture d’écran Youtube /

Pour ou contre la chasse aux loups ? Lors d’un ultime débat entre Yannick Jadot et Sandrine Rousseau dans l’émission Bourdin Direct diffusée sur BFM Direct et sur RMC, la question survient : “Faut-il interdire la chasse aux loups en France ?“. Moins de 24 heures après l’interdiction de cette pratique en Espagne, le journaliste a interrogé les candidats Europe Ecologie Les Verts (EELV) sur leur positionnement. “Oui je la demande, répond Sandrine Rousseau. Il faut accepter que la biodiversité ne soit pas celle que l’on veut“. En face, c’est la surprise. “Il n’y a pas de chasse aux loups en France” conteste l’eurodéputé. Une phrase qui a fait bondir l’animateur Jean-Jacques Bourdin.

🔴 EN DIRECT – Le débat Rousseau-Jadot dans Bourdin Direct – YouTube de 54min39 à 57min

Pas de chasse, mais des dérogations de tirs

“Il a raison de dire cela, car le loup n’est pas une espèce chassable en France, commente Jean-Michel Bertrand, réalisateur du film La Vallée des loups. Toutefois, il y a des tirs autorisés avec des quotas”. En France, l’Etat met en place des dérogations pour autoriser des tirs sous certaines conditions.

Au total, 19% de la population des loups peuvent être abattus selon un projet d’arrêté du ministère de la transition écologique. “On peut le tuer pour protéger des troupeaux ou s’il y a un risque de dégât agricole” complète Patrick Boffy, vice-président de l’association Ferus. Dans cet objectif de protection, ces 19% peuvent s’accompagner d’une limite supplémentaire de 2% de l’effectif si le préfet coordonnateur autorise la poursuite des tirs de défense simple. Cette limitation a permis la réduction des tirs de moitié entre 2019 et 2020.

Lire aussi : Rousseau, Jadot : EELV “très uni” malgré les tensions

L’erreur des « tirs de régulation »

Mais les propos de Yannick Jadot ne plaisent pas dans leur intégralité. Dans la suite du débat, le candidat Europe Ecologie Les Verts (EELV) justifie les tirs de régulation “dans certaines zones où il pourrait y avoir trop de loups par rapport à l’espace sauvage”. Pour Jean-Michel Bertrand et les porte-paroles des associations Ferus et ASPAS, le terme n’est pas adapté. “S’il a prononcé ces mots, je ne voterai pas pour lui, s’indigne le réalisateur. Les prédateurs comme le loup se régulent eux-mêmes et les tirs créent du mouvement artificiel au sein des troupeaux”. Marc Giraud se montre également surpris. “Je ne sais pas s’il a conscience de ses propos”.

En France, le loup figure parmi les espèces menacées classées rouges. Or, la régulation s’emploie lorsqu’une espèce se multiplie en grande quantité. Marc Giraud et Patrick Boffy prennent tous deux l’exemple du sanglier, gibier soumis à la régulation chaque année en raison de sa rapide multiplication. Le loup, lui, voit sa population évoluer lentement. Son effectif moyen en sortie d’hiver 2020-2021 est de 624 individus, contre 577 environ l’année précédente, selon le bilan hivernal du loup réalisé par l’Office français de la biodiversité (OFB). Le bilan précise également un “renouvellement des groupes sociaux, malgré un fort taux de mortalité”. Car, si le loup n’est pas une espèce chassable en France, il reste néanmoins victime de braconnage et d’empoisonnement.

Lire aussi : 2021, l’Été Polaire : 4 mois d’événements autour des Pôles en France

Des positions « floues » sur la chasse

Sur les positions générales de Yannick Jadot sur la chasse, Marc Giraud reste sceptique. “Elles sont assez floues. Lors d’une manifestation contre la chasse, Yannick Jadot a affirmé aux militants qu’il n’était pas anti-chasse”. Pourtant, l’eurodéputé exprime son opposition à cette activité lorsqu’elle est pratiquée pour le loisir. “Il n’y a pas de chasse qui n’est pas loisir en France” soutient le porte-parole d’ASPAS. Il cite notamment l’exemple de la chasse de régulation pratiquée en Suisse. Dans ce pays voisin, l’objectif est d’éviter tout dégât agricole et le rajeunissement des forêts.

En justifiant les tirs de régulation, le porte-parole d’ASPAS soupçonne une stratégie politique. “C’est l’erreur de tous les politiques qui veulent représenter la ruralité, détaille Marc Giraud. De toute façon les chasseurs détestent les écologistes”. Un propos qu’il justifie par les contrastes entre la protection de la biodiversité et la passion des chasseurs. “Le jour où les chasseurs seront à la manifestation pour le climat, il y aura un progrès. Pour l’instant, ils luttent uniquement pour la chasse elle-même.”

Contactée par Natura Sciences, la Fédération nationale des chasseurs n’a pas souhaité commenter les propos du candidat EELV. “La FNC se positionnera sur le programme sur le sujet de la chasse, des candidats à la présidentielle. Pour l’immédiat, monsieur Jadot est candidat à la primaire d’EELV”.  

Un louve retrouvée pendue en Hautes-Alpes

Ce débat a eu lieu alors qu’une louve a été retrouvée, pendue, devant la mairie de Saint-Bonnet-en-Champsaur (Hautes-Alpes). A proximité, une banderole affichait “Réveillez-vous il est déjà trop tard”, a indiqué le procureur de la République de Gap, Florent Crouhy, au journal La Provence.

Une enquête a été ouverte pour “destruction d’espèce protégée“. Le procureur a constaté un “acte de revendication”.

Sophie Cayuela

LE NOUVEAU NATURA SCIENCES SUR ULULE

Alors que 53% Français estiment que les médias et les journalistes n'accordent pas assez de place à la crise écologique et climatique, le média Natura Sciences lance sa nouvelle formule pensée pour faire face aux défis climatiques et écologiques d'ici 2030. Notre mission : construire une nouvelle société, plus respectueuse des humains et du vivant dans toutes ses composantes.

Cette nouvelle formule, davantage tournée vers l'action et plus incisive, est en pré-vente exclusive sur Ulule jusqu'au 10 novembre prochain. Elle est soutenue par plusieurs personnalités dont le climatologue Jean Jouzel, la lauréate du prix Goldman pour l'environnement Lucie Pinson ou encore la réalisatrice Marie-Monique Robin. L’exigence de Natura Sciences passe encore et toujours par son indépendance et l’absence de toute publicité.

Partagez, pré-abonnez-vous, nous comptons sur votre soutien, merci !


La rédaction vous conseille aussi :