Ce mercredi 9 septembre, le ciel de San Francisco prenait des allures du film Blade Runner, un monde où l’humanité fuit les mégalopoles polluées. En cause? Les incendies qui ravagent l’état américain. Quand la réalité rattrape la science-fiction.

Blade Runner (1982) de Ridley Scott est un classique des films de science-fiction. L’action  se situe en novembre 2019 où la quasi-totalité de la faune a disparu. La population émigre vers les colonies situées sur d’autres planètes. Blade Runner 2049, réalisé par Denis Villeneuve est la suite, sortie sur les écrans en 2017. L’action du deuxième film se situe en 2049. Salué par la critique, notamment pour ses effets visuels, ce qui apparait frappant aujourd’hui, est la ressemblance avec la couleur du ciel en Californie.

Alors qu’il était 19 heures 45 à Paris hier soir, il était 10h45 à San Fransisco. C’était l’aube en plein jour. Une épaisse fumée de feu de forêt bloquait la lumière du soleil et le ciel de la région de la baie a viré au orange. Une couleur orange citrouille que vous vous attendriez à voir sur Mars, rapporte le journal local SFGate. « Les vents poussent la fumée du nord, où de multiples incendies de forêt font rage, vers le sud et dans la région de la baie », explique Jan Null, un météorologue du Golden Gate Weather Services.

Des incendies qui ravagent la Californie et gagnent les villes

François Mériaux est Français, expatrié à San Francisco. Contacté par Natura Sciences, il partage l’impression de vivre un scénario de science-fiction. Entre le coronavirus et la nuit en plein jour, plus rien ne l’étonne. Il s’amuse : « Ce matin le facteur m’a salué avec un « good night » (bonne nuit) ».

Sur Twitter, Johana Bhuiyan, journaliste du Los Angeles Times, partage des photographies.

Le feu est devenu hors de contrôle. Alimenté par les fortes températures, la sécheresse et le vent,les feux continuaient mercredi 9 septembre, de se propager sur la côte ouest des États-Unis, de la Californie à l’État de Washington. Ils entraînent des évacuations et des alertes à la pollution de l’air.

L’AFP rapporte qu’en quelques semaines, plus de 8 000 km2 de forêts sont partis en fumée dans l’Etat américain.Une première depuis 33 ans, avec une vingtaine d’incendies majeurs en cours. Plus de 200 personnes ont été évacuées par hélicoptère, tous les parcs nationaux ont été fermés. La baie de San Francisco souffre de deux feux majeurs, où plus de 14 000 pompiers sont mobilisés.

Auteur : Matthieu Combe, journaliste du magazine Natura Sciences


La rédaction vous conseille aussi :