Le gouvernement jordanien met un place un vaste plan de reboisement de ses espaces forestiers. Plusieurs essences méditerranéennes seront replantées dans une terre, pourtant réputée désertique.

Dans le nord de la Jordanie, à 70km de la capitale Amman, les hommes et leurs fils replantent des oliviers.
Dans le gouvernorat d’Ajloun, à 70 kilomètres au nord d’Amman, des Jordaniens replantent 30.000 arbres. Parmi eux, des olivers. // Christopher Sprake / Shutterstock

Sa terre ocre et rouge recouvre son territoire désertique. Pourtant, la Jordanie entend mettre une touche de vert en plantant 10 millions d’arbres en dix ans. Ainsi, ce pays du Moyen-Orient créerait de nouvelles forêts et reboiserait celles décimées par des incendies.

“Nous n’avons pas l’intention de couvrir d’arbres tout le royaume. Chaque partie du pays a sa spécificité”, explique à l’AFP Belal Qtishat, chef du département en charge de la protection de la nature au ministère de l’Environnement. Mais “nous voulons réhabiliter les régions qui sont aptes à l’être et les verdir”.

30.000 arbres au nord d’Amman

Sur une colline nue jouxtant la forêt de Kufranjah, 150 hommes, et des enfants, sont à pied d’œuvre. Dans le gouvernorat d’Ajloun, à 70 km au nord d’Amman, la capitale du pays, ils doivent planter 30.000 arbres. Ce sont des fonctionnaires des ministères de l’Agriculture et de l’Environnement mais aussi des volontaires. Parmi ces derniers, Mohammed al-Ananza, 11 ans, et son père Moustafa.

Père et fils plantent de petits caroubiers dans les trous qu’ils ont creusés. “Les arbres de notre région sont magnifiques. C’est vraiment dommage que nous en ayons perdu tant à cause des incendies”, déplore Mohammed. “Nous devons coopérer pour les préserver”.

Lire aussi : Jane Wynne, l’infatigable et courageuse écolo Haïtienne

Le grand-père, Mahmoud al-Ananza, regarde son fils et son petit-fils s’activer. “Je suis né ici et je peux vous dire que si vous plantez des cyprès, des eucalyptus, des oliviers, des caroubiers et des chênes, ça va pousser tout seul”, dit-il. Presque chaque année, les forêts jordaniennes subissent des incendies à cause des températures élevées en été. Souvent, ils trouvent leur origine dans des barbecues organisés par les randonneurs ou des cigarettes jetées au sol.

“Poumon du pays”

“Le plus gros désastre, ce sont les incendies. La coupe illégale d’arbres ne représente que 1% des dégâts causés aux forêts”, assure Mohamed Daoudia, ministre de l’Agriculture au moment où le projet de reboisement a été lancé le 11 février. En 2020, son ministère a dénombré 499 incendies dans les zones boisées et les forêts.

En octobre de la même année, 50 hectares d’oliviers et d’arbres forestiers sont notamment partis en fumée à Ajloun. Or, ce territoire est la grande région forestière du pays. Un an auparavant, dans le gouvernorat de Jerash (50 km au nord d’Amman), 80 hectares avaient subi le même sort.

Lire aussi : Déforestation : 43 millions d’hectares de forêts ont disparu en treize ans

Mais aujourd’hui, la campagne de reboisement a commencé à Kufranjah, qui est, selon M. Qtishat, le “poumon de la Jordanie”. L’objectif de la première étape est de planter 100.000 arbres. Ainsi, des forêts verront le jour à Karak et à Tafilah, au sud de la capitale. Il s’agit de planter des arbres locaux comme des eucalyptus, des jujubiers et des caroubiers. Selon des spécialistes jordaniens, les espèces plantées dans le cadre de cette campagne n’ont pas besoin de beaucoup d’eau. Sauf pour les premiers mois. “D’ici quatre ou cinq ans vous verrez le résultat”, assure M. Daoudia.

Miel et oliviers au cœur de la Jordanie

Les forêts ne représentent que 1% de la superficie de la Jordanie. S’y ajoutent 23 millions d’arbres fruitiers, dont la moitié sont des oliviers. “Il est vital de compenser ce qui a été perdu dans les flammes”, plaide Belal Qtishat. “C’est le seul moyen de lutter contre la désertification, le changement climatique et la préservation de la biodiversité”. Selon M. Daoudia, cette campagne de reboisement devrait aussi avoir des effets bénéfiques pour les abeilles. Puis il ajoute que cela engendrera également des effets bénéfiques sur la production de miel. La Jordanie produit en moyenne 250 tonnes de miel chaque année.

Lire aussi : L’Himalaya menacé par le changement climatique et les explosions à la dynamite

“Le programme national de reboisement est ambitieux et réaliste. Nos pépinières produisent 2,5 millions d’arbres forestiers par an et 500.000 arbres fruitiers”, assure l’ancien ministre. “Théoriquement nous pourrions donc planter dix millions d’arbres en quatre ans. Cependant, nous nous sommes fixés dix ans pour mener à bien le projet”.

Mais planter ne suffit pas, il faut aussi prévenir les incendies. La Jordanie entend donc installer des postes de surveillance. Le pays dotera aussi la défense civile de véhicules conçus pour combattre les feux de forêt. De plus, l’utilisation de drones sera généralisée. Enfin, les gardes forestiers assureront des patrouilles dans ces forêts revigorées.

Chaymaa Deb avec AFP

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :