john kerry

L’émissaire américain pour le climat John Kerry participait aujourd’hui au Sommet Net Zéro. Cette conférence virtuelle organisée par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) et la présidence britannique de la conférence climat COP26 réunissait les acteurs du monde de l’énergie. John Kerry y a annoncé que les États-Unis présenteront de nouveaux engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre le 22 avril prochain lors du sommet environnemental organisé par Joe Biden. 

Dans quelques semaines, lors de notre sommet, nous allons annoncer notre NDC (contribution déterminée au niveau national) et elle sera robuste”, a assuré Kerry. “Nous allons réduire nos émissions, nous allons accélérer d’une manière très significative, donc ce ne sont pas juste des belles paroles de la part des Etats-Unis”, a-t-il assuré.

De nouveaux engagements pour atteindre le neutralité carbone en 2050

D’ici la 26e conférence de l’ONU sur les changements climatiques (COP26), les États sont aussi appelés à présenter des plans nationaux de réduction d’émissions renforcés, généralement à horizon 2030, comme le prévoit l’accord de Paris. A ce jour, environ 80 pays, dont les membres de l’UE et le Royaume-Uni, l’ont fait. 

Les États-Unis sont vraiment désireux (…) de collaborer pour contribuer à apporter les financements nécessaires, soutenir technologiquement la transition, et travailler au sein de partenariats à travers le monde”, a assuré John Kerry. Il a pressé les pays à “faire beaucoup plus”, car “si on regarde la courbe sur laquelle nous nous trouvons, nous nous dirigeons en réalité vers plus de 4 degrés” de réchauffement.

Plusieurs dizaines de pays, représentant 70% des émissions mondiales, se sont engagés à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 (2060 pour la Chine). Le président de la COP26, Alok Sharma, a aussi appelé à “faire beaucoup plus maintenant pour transformer les objectifs lointains en actions immédiates“. “Nous ne pouvons simplement pas nous permettre une autre décennie de délibérations” face à la perspective d’un “avenir apocalyptique“, a-t-il insisté. Il a cité la nécessité de sortir du charbon, développer les véhicules zéro émission, agir contre la déforestation. Il a aussi appelé “tous les pays à s’engager dans un monde zéro émission“.

Source : AFP

Photo : Alexandros Michailidis / Shutterstock

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :