megots_site
Depuis le 1er juillet, la ville d’Obernai prévoit une amende de 1000 euros pour le dépôt de déchets sur la voie publique, mégots et déjections canines inclus. // PHOTO : Kseniia Vorobeva / Shutterstock

Depuis le 1er juillet, la ville d’Obernai (Bas-Rhin) prévoit une amende de 1000 euros pour le dépôt de déchets sur la voie publique, mégots et déjections canines inclus. Cette commune touristique espère la sanction dissuasive afin de lutter contre ce “fléau”.

De trop nombreux déchets, mégots, déjections canines et autres immondices” comme des “pneus”, des “matériaux de chantier” ou des “gravats”, sont encore trop souvent illégalement abandonnés en ville ou dans la nature, déplore sur son site Internet cette ville du piémont des Vosges. Et elle regrette “souvent un sentiment d’impunité des auteurs”.

Lire aussi : Contre les masques et gants jetés à terre, les bons gestes à adopter

La ville se dit “déterminée à poursuivre systématiquement (…) toute personne se rendant coupable de ce type d’agissement répréhensible”. Le 28 juin, elle a adopté une délibération visant à instaurer une amende forfaitaire de 1.000 euros “pour chaque dépôt” de déchets. Ces derniers comprennent notamment les mégots jetés ou les déjections canines non ramassées, précise le communiqué. Cette amende est effective depuis le 1er juillet.

En France, jeter ou abandonner des déchets dans la rue ou ne pas respecter “les règles de collecte (…) définies par la mairie” “est puni d’une amende”, rappelle service-public.fr, le site officiel de l’administration publique. Son montant va de 135 euros, majorée à 375 euros si elle est payée après le délai de 45 jours, à 1.500 euros, éventuellement assortie de la “confiscation du véhicule (…) utilisé pour transporter les déchets”, prévient le site.

Natura Sciences avec AFP

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :