Aide d'urgence ONU
Il faudra à l’ONU au moins 41 milliards de dollars en 2022 pour secourir 183 millions de personnes parmi les plus vulnérables, dans un monde ravagé par la Covid, les conflits et le changement climatique. / PHOTO: Piyaset / Shutterstock

41 milliards de dollars. C’est le montant de l’aide d’urgence demandé par l’ONU en 2022. L’objectif : secourir 183 millions de personnes parmi les plus vulnérables, dans un monde ravagé par la Covid, les conflits et le changement climatique. Au total, 274 millions de personnes devraient avoir besoin d’une aide d’urgence l’an prochain, selon le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU (OCHA). Cela représente un bond de 17% par rapport à 2021, une année déjà record. Cela représente une personne sur 29 dans le monde. Jamais le nombre de personnes ayant besoin d’aide « n’a été aussi élevé », a souligné Martin Griffiths, le sous-secrétaire général de l’ONU aux affaires humanitaires, au cours d’un point de presse à Genève ce mercredi 2 décembre.

Lire aussi : Le retour de La Niña ne renverse pas la tendance au réchauffement climatique

Le changement climatique favorise la pauvreté et la famine

Le grand rapport annuel de l’OCHA paru jeudi dresse un long catalogue de cette misère, où l’Afghanistan, l’Éthiopie et la Birmanie figurent en bonne place au côté du changement climatique. Sans oublier la pandémie liée à la Covid, qui entrera en début d’année prochaine dans sa troisième année et qui a déjà fait plus de cinq millions de morts officiellement, probablement deux à trois fois plus selon l’OMS. La Covid a jeté 20 millions de personnes dans l’extrême pauvreté au cours de l’année écoulée, souligne le rapport. Dans le même temps, le réchauffement climatique et son cortège de catastrophes naturelles pourrait contraindre 216 millions de personnes à trouver refuge ailleurs dans leur propre pays d’ici 2050.

Le changement climatique fait de la famine « une possibilité aussi réelle que terrifiante pour 45 millions de personnes dans 43 pays », met en garde le rapport. « Sans une action durable et immédiate, 2022 pourrait s’avérer catastrophique » dans un monde où 811 millions de personnes sont déjà mal nourries, précise le texte. L’Afghanistan, de son côté, combine des décennies de conflit, avec une sécheresse catastrophique et une économie en chute libre depuis l’arrivée des talibans au pouvoir en août. Les deux tiers de la population ont besoin d’aide, et neuf millions de personnes sont au bord de la famine. L’ONU a besoin de 4,5 milliards de dollars pour 22 millions d’afghans l’année prochaine. 

Lire aussi : Les femmes sont plus vulnérables face au réchauffement climatique

L’Éthiopie, « situation la plus inquiétante »

Le Yémen et la Syrie, où la guerre dure depuis des années, ont aussi besoin d’aide. Mais les besoins de l’Éthiopie sont particulièrement criants, depuis l’offensive lancée par Addis-Abeba contre le Tigré. Cette guerre brutale, qui dure depuis plus d’un an, a provoqué le déplacement de millions de personnes. Selon le rapport de l’OCHA, 26 millions de personnes dépendent de l’aide humanitaire dans ce pays de la corne de l’Afrique et 400.000 sont en passe de
sombrer dans la famine.

Pour Martin Griffiths, l’Éthiopie présente peut-être la « situation la plus inquiétante », même s’il s’empresse d’ajouter qu’existent bien d’autres situations gravissimes à travers le monde. Mais le sous-secrétaire général a aussi tenu à souligner les réussites de l’aide humanitaire, qui permet de limiter les catastrophes. L’an passé, l’OCHA a ainsi fourni de l’aide à 107 millions de personnes, 70% de celles que l’organisation souhaitait atteindre, dont un demi-million
d’habitants au Soudan du Sud sauvés de la famine.

Sophie Cayuela avec AFP

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :