Des chercheurs australiens et chinois montrent que la manipulation des emballages en plastique peut libérer des microplastiques dans l’environnement. Ils appellent à des études complémentaires pour étudier leur impact sanitaire.

emballages microplastiques
Le fait de couper un emballage plastique libère des microplastiques. PHOTO//CC0 Domaine public

« Nous avons constaté que des microplastiques peuvent être générés par des tâches simples dans notre vie quotidienne telles que couper avec des ciseaux, déchirer avec les mains, couper avec des couteaux ou tordre manuellement, pour ouvrir des emballages, des sacs, des rubans adhésifs ou des bouchons en plastique », annoncent les auteurs d’une nouvelle étude parue dans la revue Scientific Reports. Chaque centimètre de plastique coupé, déchiré et tordu peut libérer dans l’air entre 0,46 et 250 microplastiques. La quantité varie selon l’approche d’ouverture, la rigidité, l’épaisseur, la taille des microplastiques et la densité des matières plastiques.

Lire aussi : Les microplastiques contaminent fruits de mer, poissons et sels

Les chercheurs ont observé différentes formes et tailles de microplastiques. « Il s’agissait notamment de fibres, de fragments ou de triangles, d’une taille allant du nanomètre au millimètre », relate l’étude. Au quotidien, le fait d’ouvrir des sacs, des bouteilles en plastiques, de couper des sachets en plastique ou du scotch libère donc des microplastiques dans l’environnement. Toutefois, il faut encore étudier le risque et la toxicité associés à l’ingestion potentielle de ces microplastiques. Les auteurs appellent à des recherches complémentaires sur l’exposition humaine.

Auteur : Matthieu Combe, journaliste du magazine Natura Sciences

LE NOUVEAU NATURA SCIENCES SUR ULULE

Alors que 53% Français estiment que les médias et les journalistes n'accordent pas assez de place à la crise écologique et climatique, le média Natura Sciences lance sa nouvelle formule pensée pour faire face aux défis climatiques et écologiques d'ici 2030. Notre mission : construire une nouvelle société, plus respectueuse des humains et du vivant dans toutes ses composantes.

Cette nouvelle formule, davantage tournée vers l'action et plus incisive, est en pré-vente exclusive sur Ulule jusqu'au 10 novembre prochain. Elle est soutenue par plusieurs personnalités dont le climatologue Jean Jouzel, la lauréate du prix Goldman pour l'environnement Lucie Pinson ou encore la réalisatrice Marie-Monique Robin. L’exigence de Natura Sciences passe encore et toujours par son indépendance et l’absence de toute publicité.

Partagez, pré-abonnez-vous, nous comptons sur votre soutien, merci !


La rédaction vous conseille aussi :