En 2018, le photographe Vincent Munier et l’écrivain Sylvain Tesson partaient à la recherche de la panthère des neiges au Tibet. Un voyage à découvrir dans le documentaire La panthère des neiges, réalisé par Marie Amiguet et au cinéma le 15 décembre.

Au cœur des hauts plateaux tibétains en 2018, le photographe Vincent Munier entraîne l’écrivain Sylvain Tesson dans sa quête de la panthère des neiges. Le photographe initie l’écrivain à l’art délicat de l’affût, à la lecture des traces et à la patience nécessaire pour entrevoir les bêtes. En parcourant les sommets habités par des présences invisibles, les deux hommes tissent un dialogue sur notre place parmi les êtres vivants et célèbrent la beauté du monde. 

Le photographe Vincent Munier avait repéré l’écrivain Sylvain Tesson depuis son livre Sur les chemins noirs. “On y sentait une fibre écologique en filigrane”, décrit le photographe. Depuis 2002, il réalise de nombreux reportages à travers le monde. Sa quête est simple : montrer la beauté de la nature sauvage et mettre en lumière des espèces animales menacées. Il est également le premier photographe à avoir reçu trois fois le prix du photographe de la vie sauvage. Ce Wildlife Photographer of the Year, autrement nommé Eric Hosking Award, est décerné chaque année par la BBC. 

“Là où l’homme n’a pas encore posé sa griffe”

Dans la région du Kham, sur le haut plateau tibétain, le paysage est dénudé de toute présence humaine. “Tout n’aurait donc pas été créé pour le regard de l’homme”, ironise Sylvain Tesson. Vincent Munier, photographe animalier, décrit ses voyages comme des respirations, “des fuites », des moyens « d’aller dans une nature pas encore bouleversée. Là où l’homme n’a pas encore posé sa griffe.” 

Et Sylvain Tesson le rappelle : “tout s’est détérioré. Constater que le monde part en décrépitude, ça fait mal.” D’où le besoin “d’endroits sans présence humaine. Ou avec des nomades vivant en harmonie avec la nature”, explique Vincent Munier dans le documentaire. 

Lire aussi : Les aires protégées nuisent-elles aux peuples autochtones?

L’apothéose arrive tardivement, au moment où les explorateurs rencontrent enfin la panthère. “C’est tout ce à quoi on a renoncé nous : liberté, autonomie, connaissance parfaite de l’environnement”, conte Sylvain Tesson. 

“Un changement de paradigme”

Le documentaire cherche à provoquer un questionnement global des individus. Et une meilleure prise de conscience du peu de place qu’on laisse aujourd’hui au monde sauvage. La réalisatrice Marie Amiguet invite à un “changement de paradigme, urgent et nécessaire.”

L’expédition a déjà donné naissance à la Panthère des neiges, un livre de Sylvain Tesson paru en octobre 2019. L’ouvrage a remporté le prix Renaudot et la première place au palmarès 2019 des meilleures ventes de livres francophones en librairies. “En réécrivant un autre ordre que l’ordre naturel, on a créé un désastre effroyable”, constate l’écrivain. Toute cette aventure lui a permis de “se contenter du monde et lutter pour qu’il demeure”, conclut Sylvain Tesson.

Jeanne Guarato

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :