Les professionnels français du dessin animé s’indignent à l’idée de voir s’arrêter les publicités alimentaires adressées des enfants. Ils estiment que cette proposition des industriels de l’alimentaire n’est pas aussi vertueuse qu’ils le laisseraient entendre.

Les professionnels du dessin animé refusent catégoriquement l'idée d'une interdiction des publicités alimentaires pour les enfants.
Les professionnels du dessin animé craignent que l’interdiction des publicités alimentaires pour les enfants engendre un trop grand manque à gagner pour les chaînes et les programmes jeunesse. // Dejan Dundjerski / Shutterstock

Les industriels de l’alimentaire ont proposé cette semaine d’arrêter les publicités dans les programmes et publications destinés aux enfants. Ils proposent que cela s’applique également sur internet. La mesure a été annoncée mardi par l’Ania (Association nationale des industries alimentaires) lors d’un point d’étape sur les engagements des acteurs de la publicité pour réduire leur impact environnemental, organisé au ministère de la Transition écologique. Interrogée par l’AFP, l’Ania n’a pas précisé l’impact d’une telle mesure sur les dépenses publicitaires du secteur.

Les entreprises de l’alimentation se disent prêtes à se retirer totalement des programmes destinés aux moins de 12 ans. Selon Catherine Chapalain, directrice générale de l’Ania, cela concernerait “l’ensemble des supports de communication publicitaires : télévision, radio, presse”.

Lire aussi : Mobilisation générale contre la publicité pour les produits polluants

Elle ajoute que “dans un souci d’équité”, la mesure concernerait également les supports numériques et les réseaux sociaux. “C’est un engagement fondé sur le principe de protection de l’enfant”, a-t-elle souligné.

Arrêt des publicités alimentaires, du “greenwashing”

Mais l’annonce a laissé les professionnels du dessin animé sur leur faim. C’est ce qu’ont annoncé AnimFrance et la SACD, une des principales sociétés d’auteurs, dans un communiqué publié jeudi. Ces derniers ont accueilli la nouvelle très froidement. En effet, ils n’y voient rien de plus que du “greenwashing pour se donner bonne conscience”. Ils dénoncent aussi une décision “cynique”. En effet, ils affirment que les industriels diffuseront des pubs dans d’autres types de programmes regardés massivement par les enfants.

Lire aussi : Foodwatch alerte sur la fraude alimentaire : nourriture contaminée, faux bio…

Ainsi, la filière française du dessin animé alerte sur les “répercussions économiques graves” d’une telle décision. Ces professionnels craignent que les chaînes et les programmes pour enfants subissent des coupes budgétaires drastiques. Ils rappellent que la fermeture annoncée de la chaîne publique France 4 affecte déjà certains producteurs. Pourtant, une telle restriction ne serait que l’expansion de ce qui existe déjà sur les programmes jeunesse du service public. En vertu de la loi Gattolin, la publicité, tous produits et services confondus, y est déjà interdite depuis 2018. Cette décision entrait alors dans le cadre de la lutte contre l’obésité infantile.

Lire aussi : Plus de 590 organisations marchent pour une vraie loi Climat le 28 mars

Cet engagement volontaire reste néanmoins très éloigné des propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Cette dernière prône notamment l’interdiction de la publicité pour les produits les plus émetteurs de gaz à effet de serre. S’inspirant de la loi Evin, elle imagine que cela pourrait s’appliquer sur tous les supports.

Chaymaa Deb avec AFP

Natura Sciences en accès libre grâce à vous !

Natura Sciences est un média qui appartient intégralement à ses lecteurs et à ses journalistes. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance. Nos articles sont en accès libre pour que tout le monde puisse s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques, sans distinction de revenus.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est ainsi que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :