Grégory Doucet a décidé de servir des repas chauds avec œuf ou poisson dans les restaurants scolaires de sa commune. Bien que les assiettes ne soient pas végétariennes, le ministre de l’Intérieur tire à boulets rouges sur l’édile écologiste.

Dans les cantines scolaires de Lyon, les enfants auront des plats sans viande à cause du Covid. En échange, les élèves auront des œufs et du poisson, mais pas de menu végétarien. // PHOTO: Monkey Buisiness Images / Shutterstock

Les assiettes des petits Lyonnais ont rarement été aussi politisées qu’en ce moment. Grégory Doucet, maire EELV de Lyon, a décidé d’instaurer un menu unique et sans viande dans les établissements scolaires de la commune. Pour autant, les demi-pensionnaires des écoles lyonnaises ne seront pas privés de protéines animales. Les œufs et le poisson feront toujours partie des menus. Il ne s’agit donc pas de menus végétariens.

« Ce choix permet de garder un repas équilibré et un service de restauration scolaire accessible aux 29 000 enfants quotidiens », explique Stéphanie Léger, adjointe au maire chargée de l’éducation sur son compte Twitter. La mesure entre en vigueur ce lundi 22 février, jour de rentrée pour les élèves de la zone A.

Pour justifier la mise en place de ces menus, la municipalité lyonnaise avance des raisons sanitaires liées à l’épidémie de Covid. Se passer de viande permettrait aux personnels municipaux de fluidifier les services de restauration.

Lire aussi: Greenpeace, en guerre contre la viande obligatoire à la cantine

Ainsi, le temps de pause et la distanciation de deux mètres entre les élèves sont respectés. De cette manière, les cantines scolaires évitent également d’avoir recours à des piques-niques ajoute Stéphanie Léger.

Cantine sans viande, « moraliste et élitiste » pour Darmanin

Mais malgré cette explication, le gouvernement s’oppose fermement à l’édile écologiste. Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a estimé que cette décision relevait de l’ « idéologie scandaleuse ». Il déclare que le fait de se passer de viande dans les cantines est une « insulte inacceptable aux agriculteurs et aux bouchers français ».

Lire aussi: Les Français mangent trop de viande !

Il ajoute également que la cantine est souvent le seul endroit où les enfants issus des milieux populaires peuvent manger de la viande. Gérald Darmanin craint ainsi que ces enfants soient privés de viande au nom d’une « politique moraliste et élitiste ».

Pourtant, ce n’est pas la première fois qu’une telle mesure est décidée à Lyon. En mai 2020, à la sortie du premier confinement, l’ancien maire de Lyon Gérard Collomb avait déjà pris une telle mesure pour assurer le service des 29.000 repas quotidiens. Face aux vives critiques de la droite, c’est d’ailleurs ce que rappelle l’actuelle équipe municipale. « Nous avons utilisé exactement le même procédé d’information que celui de Gérard Collomb à l’époque », rappelle le cabinet de Grégory Doucet. Donc les menus sans viande à la cantine ne sont pas une nouveauté de la nouvelle mairie écologiste.

À Lyon, de la viande pour bien grandir

Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie ne soutient pas plus le maire de Lyon. À l’inverse, il partage l’opinion du ministre de l’Intérieur et la colère des agriculteurs. « Arrêtons de mettre de l’idéologie dans l’assiette de nos enfants ! Donnons-leur simplement ce dont ils ont besoin pour bien grandir. La viande en fait partie », a-t-il indiqué sur son compte Twitter. Puis il ajoute qu’il a saisi le Préfet du Rhône.

Cette prise de parole sous-entend que les nouveaux menus seraient déséquilibrés et inadaptés aux besoins nutritionnels des enfants. Or, les protéines animales ne sont pas exclues des menus. « Le seul moyen de faire manger un plat chaud à tous les enfants de l’école, c’est de proposer un plat sans viande, mais avec des protéines animales comme le poisson ou les œufs, conforme aux exigences nutritionnelles », précise Stéphanie Léger.

Darmanin, « démissionnez« 

Mais quels que soient les milieux d’origine des enfants, la carence en viande n’est pas avérée. Au contraire, les enfants auraient tendance à manger trop de viande. L’association Greenpeace le révélait en 2017 dans une campagne de sensibilisation contre l’excès de viande dans la restauration scolaire.

Lire aussi: Après la viande de cheval, des barquettes de viande humaine

« Plus de 80 000 tonnes de produits carnés et plus de 120 000 tonnes de produits laitiers sont distribués chaque année. Des chiffres qui semblent démesurés, et pour cause : à la cantine, on sert de la viande ou du poisson tous les jours ou presque » indiquait alors l’association.

De son côté, la politologue et cofondatrice du collectif Front de mères Fatima Ouassak avance que les arguments mis en avant par Gérald Darmanin ne tiennent pas. Sur Twitter, cette dernière rappelle que « les classes moyennes consomment plus de viande que les classes moyennes/supérieures ». De plus, elle affirme que « la viande servie à la cantine est de très mauvaise qualité ». Puis elle implore le ministre de « laisser nos enfants tranquilles ». Enfin, elle conclut avec un sentencieux « démissionnez ». Sur Instagram, l’activiste française Camille Étienne (@graine_de_possible) a réagi aux propos de Fatima Ouassak. « She said it all » (« elle a tout dit ») a-t-elle déclaré.

Chaymaa Deb


La rédaction vous conseille aussi :