Le Baromètre 2021 de consommation et de perception des produits biologiques dresse le portrait du consommateur bio français. À la recherche d’une alimentation plus saine et respectueuse de l’environnement, ce consommateur fait évoluer ses habitudes alimentaires face à la crise sanitaire. Portrait.

consommateurs bio baromètre agence bio
Les consommateurs bio mangent bio pour leur santé, l’environnement et la qualité des produits, selon le Baromètre de l’agence bio. // PHOTO : Pressmaster / Shutterstock

Le baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France mené par Spirit Insight pour l’Agence bio dresse le portrait du consommateur bio en 2020. Le principal enseignement est que la consommation alimentaire de produits bio résiste à la crise sanitaire. En 2020, 13% des Français déclarent manger au moins un produit bio quotidiennement. C’est un point de moins qu’en 2019. Mais de nouveaux consommateurs occasionnels s’invitent à la table.

La hausse atteint 15% pour les Français qui indiquent manger bio au moins une fois par mois depuis un an. Parmi ces nouveaux consommateurs, 21% sont des jeunes de 18/24 ans, souvent soucieux d’environnement, souligne Philippe Henry, président de l’Agence Bio. Et 20% sont des ouvriers et des employés, “ce qui montre que le bio se démocratise“, estime-t-il. Au final, neuf Français sur dix ont consommé des produits bio au moins une fois dans l’année. Parmi eux, 73% l’ont fait au moins une fois par mois.

Des consommateurs pour l’environnement et leur santé

Mais pourquoi les consommateurs décident-ils un jour de manger bio ? 61% des consommateurs bio privilégient les produits bio pour leur santé et celle de leurs enfants et 48% pour protéger l’environnement. À cela s’ajoutent l’éthique, le bien-être animal, les habitudes familiales et le fait d’avoir des enfants. A l’opposé, les principaux freins à l’achat des produits biologiques demeurent le prix et le doute sur le fait que les produits soient totalement bio. “Le prix reste le premier frein à la consommation de produits bio, même si cela a tendance à s’estomper”, rappelle Philippe Henry. En effet, le prix enregistre un recul significatif de 5 points pour les consommateurs plus occasionnels et de 12 points pour les non-consommateurs par rapport à 2019.

Face à la prise de conscience des enjeux environnementaux, une majorité de Français (54%) a fait évoluer ses habitudes alimentaires au cours des trois dernières années. Les Français déclarent privilégier les produits locaux et les circuits courts (59%), acheter plus de produits frais (57%), davantage de produits de saison (57%), et s’attacher à éviter les pertes et le gaspillage (56%). Par ailleurs, 55% des Français déclarent passer plus de temps à cuisiner. Et 42% réduire l’utilisation de plastique et d’emballages.

Une consommation de produits bio qui résiste à la crise sanitaire

La crise sanitaire a fortement fait évoluer les habitudes alimentaires. En particulier, le fait de cuisiner davantage et de privilégier les produits locaux et les circuits courts enregistrent “une progression impressionnante” en 2020 par rapport à l’année précédente, note l’Agence bio. Ces changements de comportements sont respectivement en hausse de 8 et 5 points.

Alors que les consommateurs conventionnels ont l’habitude de faire leurs courses le plus souvent dans le même supermarché, les consommateurs bio ont tendance à diversifier leurs lieux d’achats. Avec la crise, ils délaissent volontairement les grandes et moyennes surfaces au profit des petits producteurs locaux. Ainsi, 74% des consommateurs bio s’approvisionnent en grandes et moyennes surfaces, en baisse de 3 points. Mais 26% se tournent vers les producteurs locaux, les commerces de proximité, comme les marchés et les artisans, en hausse de 6 points.

Lire aussi : Pour des fruits et légumes de saison locaux !

Être un consommateur cohérent et exigeant

Les Français ont souvent du mal à passer au bio, de peur d’augmenter significativement leur budget alimentaire. Cela commence par un fruit, des produits laitiers, des œufs ou du café… Mais une fois le geste adopté, le consommateur se veut cohérent. Ainsi, une part significative des aliments de base consommés par les amateurs de bio se fait ensuite intégralement en bio. C’est notamment le cas des œufs, du lait et du soja pour près d’un consommateur bio sur deux. Et il veut inscrire sa consommation dans la durée. Ainsi, 80% des Français envisagent de maintenir leur consommation de produits bio cette année et 11% comptent l’augmenter.  

Les Français s’intéressent au bio local. Ils souhaitent notamment davantage de bio chez leurs artisans boulangers, primeurs, bouchers, fromagers et poissonniers. « Cela est vrai sur tout le territoire national et pas seulement dans les villes, assure Florent Guhl, ex-directeur de l’Agence bio. Il y a une réelle demande de contact de la part des clients pour connaître l’origine des produits qu’ils consomment ».

L’étude a interrogé en ligne un échantillon de 2100 Français âgés de 18 ans et plus du 13 au 1er décembre 2020,  lors du deuxième confinement. Cet échantillon est représentatif de la population nationale, selon la méthode des quotas nationaux : genre, catégorie socioprofessionnelle, âge, régions et taille d’agglomération.

Matthieu Combe

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :