En 2009, la surface mondiale des cultures d’OGM a atteint 134 millions d’hectares selon l’ISAAA, organisme international de promotion des OGM. Cela représente environ 2.5 fois la surface de la France métropolitaine si elle était entièrement cultivée. Les OGM atteignent ainsi pas moins de 9% des cultures mondiales.

Evolution des surfaces de cultures OGM dans le Monde entre 1996 et 2009. De 1.7 millions d’hectares en 1996, elle passe à 134 millions en 2009 ! Source : ISAAA, 2010

Evolution des surfaces de cultures OGM dans le Monde entre 1996 et 2009. De 1.7 millions d’hectares en 1996, elle passe à 134 millions en 2009 ! Source : ISAAA, 2010

Les six principaux pays producteurs d’OGM sont d’après les données de l’ISAAA : les Etats-Unis (62.5 millions d’hectares), l’Argentine (21.3 millions),  le Brésil (21.4 millions), le Canada (7.6 millions), la Chine (3.7 millions) et l’Inde (8.4 millions). Ils ont cultivé en 2009 plus de 88 % de la surface totale consacrée à ces plantes transgéniques. La surface des plantes OGM croît actuellement principalement dans les pays en développement. Les cinq principaux pays du Sud (Chine, Brésil, Inde, Argentine et Afrique du Sud) représentent collectivement 56,9 millions d’hectares soit 43% des 134 millions d’hectares dans le monde.

En 2009, 25 pays ont cultivé des plantes transgéniques dans le monde : Etats-Unis, Argentine, Brésil, Canada, Inde, Chine, Paraguay, Afrique du Sud, Uruguay, Philippines, Australie, Espagne, Mexique, Colombie, Chili, France, Honduras, République Tchèque, Portugal, Costa Rica, Slovaquie, Roumanie, Pologne. Certains pays, en revanche – l’Autriche, le Luxembourg-, les ont totalement interdits.

Le nombre d’agriculteurs bénéficiant des plantes génétiquement modifiées dans le monde a atteint 14 millions en 2009 d’après l’ISAAA. Une hausse de 0.7 millions est constatée par rapport à l’année précédente. Plus de 90% d’entre eux étaient des exploitants de petites fermes de pays en voie de développement.

Lire aussiLa culture des OGM poursuit sa progression en 2012

 Quels sont les OGM les plus cultivés ?

Evolution des cultures OGM par caractère introduit entre 1996 et 2009. Source : ISAAA, 2010

Evolution des cultures OGM par caractère introduit entre 1996 et 2009. Source : ISAAA, 2010

Les principales cultures OGM sont le soja, le maïs, le coton et le colza. En  2009, 64% du soja, 43% du coton, 22% du maïs et 20% du colza cultivés  dans le monde étaient OGM selon l’ISAAA.

Entre 1996 et 2009, la tolérance aux herbicides est le caractère dominant  exploité pour les plantes OGM. La tolérance aux herbicides, que l’on  retrouve dans le maïs, le soja, le colza, le coton, la betterave sucrière et la  luzerne, représente 62 % de la surface totale des cultures transgéniques, soit 83.6 millions d’hectares en 2009. La résistance aux insectes  représente 14 % avec 21.2 millions d’hectares. La combinaison de deux ou trois caractères continue son augmentation et atteint 21% de la superficie mondiale des plantes OGM, soit 28.7 millions d’hectares.

Les OGM sont donc principalement préparés de façon à résister à un herbicide, cela dans le but de simplifier les épandages. Il est alors possible de disperser les herbicides sans craindre que le développement de la plante cultivée ne soit affecté. Le problème posé par la toxicité des pesticides n’est ainsi guère résolu.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

LE NOUVEAU NATURA SCIENCES SUR ULULE

Alors que 53% Français estiment que les médias et les journalistes n'accordent pas assez de place à la crise écologique et climatique, le média Natura Sciences lance sa nouvelle formule pensée pour faire face aux défis climatiques et écologiques d'ici 2030. Notre mission : construire une nouvelle société, plus respectueuse des humains et du vivant dans toutes ses composantes.

Cette nouvelle formule, davantage tournée vers l'action et plus incisive, est en pré-vente exclusive sur Ulule jusqu'au 10 novembre prochain. Elle est soutenue par plusieurs personnalités dont le climatologue Jean Jouzel, la lauréate du prix Goldman pour l'environnement Lucie Pinson ou encore la réalisatrice Marie-Monique Robin. L’exigence de Natura Sciences passe encore et toujours par son indépendance et l’absence de toute publicité.

Partagez, pré-abonnez-vous, nous comptons sur votre soutien, merci !


La rédaction vous conseille aussi :