RTE publie son bilan électrique 2020, véritable bible témoignant de l’évolution de la production et de la consommation d’électricité en France. Mis à part la crise sanitaire, l’année 2020 a été marquée par le recul du nucléaire et des énergies fossiles, la progression des énergies renouvelables, éolien en tête.

Les éoliennes deviennent la troisième source d'électricité en France
Les éoliennes deviennent la troisième source d’électricité en France. Illustration. // PHOTO : fokke baarssen / Shutterstock.com

La production éolienne devient pour la première fois la troisième source de production d’électricité en France”, partage RTE dans son bilan électrique 2020 dévoilé ce mercredi. En 2020, le nucléaire a ainsi assuré 67,1% de la production électrique française, l’hydraulique 13% et l’éolien 7,9%. Suivent les énergies fossiles (7,5%), le solaire (2,5%) et les bioénergies (1,9%). La production fossile est en grande majorité tirée par le gaz (6,9%). Restent seulement 0,3% de fioul et 0,3% de charbon.

Fort recul de la consommation et de la production

L’année 2020 a été particulière aussi d’un point de vue électrique. La crise sanitaire a entraîné une chute de 3,5 % de la consommation électrique corrigée de l’aléa météorologie. “Cette diminution de la consommation totale d’électricité est plus importante que celle enregistrée à la suite de la crise économique de 2008 », prévient RTE. Cette baisse de la consommation provient principalement de la grande industrie avec un recul moyen de 10% par rapport à 2019. La consommation du secteur résidentiel est restée stable pour sa part.

Lire aussi : Comment la France produit-elle son électricité?

Avec une moindre disponibilité du parc nucléaire pour cause de maintenance, la production a quant à elle chuté de 7 % par rapport à 2019. La consommation atteint 460 térawattheures (TWh), la production 500,1 TWh.

Chute du nucléaire, hausse des renouvelables

L’allongement des durées de maintenance des réacteurs nucléaires, et la fermeture de la centrale de Fessenheim ont entraîné une chute record de la production nucléaire : 11,6 %. La production des énergies renouvelables est en revanche en hausse : + 17 % pour l’éolien, + 8 % pour l’hydraulique et + 2,3 % pour le solaire. Avec une production de 39,7 TWh, soit 7,9 % de la production française, la production d’origine éolienne dépasse pour la première fois celle des centrales à gaz.

Lire aussi : Quelle transition énergétique programmée pour la France?

RTE souligne le caractère largement bas-carbone de l’électricité. “Les émissions de CO2 du secteur électrique français diminuent de près de 9 % par rapport à 2019, et représentent ainsi seulement 5 % des émissions totales de CO2 en France”, observe RTE. Une exception due à l’importance du parc nucléaire et au développement des énergies renouvelables. La production thermique à combustible fossile a diminué de 10,6 %. Et la production à partir de charbon, en baisse de 12,7 % par rapport à 2019, est ainsi au plus bas depuis 1950. Au final les énergies fossiles n’assurent que 7,5% de la production électrique française.

Lire aussi : Baisse de 1,7% des émissions de la France en 2019: « un exercice de pure communication »

Matthieu Combe

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :