Les mines de bitcoins chinoises alimentent près de 80% du commerce mondial de crypto-monnaies. Gourmandes en électricité, elles risquent de compromettre les objectifs climatiques du pays, selon une nouvelle étude parue dans Nature.

Les mines de bitcoin chinoises compromettent les objectifs climlatiques
La Chine gère près de 80% des opérations mondiales liées au bitcoin. //PHOTO : DR Boxmining

Les mines de bitcoins sont des sites remplis de microprocesseurs qui tournent pour effectuer des calculs mathématiques nécessaires au réseau de cette monnaie virtuelle. En avril 2020, les entreprises chinoises géraient 78,89% des opérations mondiales de bitcoins, calcule la nouvelle étude parue dans Nature. Et les ordinateurs à l’origine de la création de bitcoins consomment de l’électricité tirée à 40 % du charbon, selon les chercheurs.  

Cette année, l’industrie des mines de bitcoins devrait consommer 0,6 % de la production totale d’électricité dans le monde, selon l’indice de consommation d’électricité des bitcoins de l’Université de Cambridge. C’est plus que ce dont a besoin annuellement la Norvège. Selon l’étude, la consommation annuelle d’énergie liée aux mines de bitcoins chinoises pourrait culminer à 296,59 térawattheures (TWh) en 2024. La monnaie virtuelle émettra alors annuellement l’équivalent de 130,5 millions de tonnes de CO2. Cela représente environ un tiers des émissions françaises en 2019.

Miner le bitcoin avec des énergies renouvelables

Ces installations gourmandes en charbon sont si grandes qu’elles pourraient finir par compromettre l’engagement environnemental de Pékin. Pour rappel, la Chine s’est engagée à atteindre son pic d’émissions de carbone avant 2030 et de devenir neutre en carbone d’ici 2060.

Lire aussi : La sobriété, unique voie pour maîtriser l’impact environnemental du numérique

L’exploitation intensive du bitcoin en Chine peut rapidement devenir une menace qui pourrait potentiellement saper l’effort de réduction des émissions”, a déclaré à l’AFP l’un des coauteurs de l’étude, Wang Shouyang, membre de l’Académie chinoise des sciences. Selon lui, le gouvernement chinois devrait définir un plan de modernisation du réseau électrique pour assurer un approvisionnement stable à partir d’énergies renouvelables.

Installer les mines de bitcoin à proximité des énergies renouvelables

Et pour cela, il faudrait sensibiliser les mineurs. Ces derniers font tourner leur matériel informatique pour effectuer des calculs mathématiques et participer au réseau, dans le but de recevoir une récompense en bitcoin. “Comme les prix de l’énergie dans les régions chinoises à énergie propre sont plus bas que ceux des régions alimentées en charbon, les ‘mineurs’ devraient être davantage incités à s’installer dans les régions à énergie propre”, a-t-il ajouté.

Le prix du bitcoin a quintuplé au cours de l’année écoulée. Il a atteint un record de plus de 61.000 dollars en mars. Et il oscille désormais juste en dessous de la barre des 60.000 dollars. Compte tenu des profits qu’il est possible de faire, Wang Shouyang estime que l’imposition de taxes sur le carbone ne suffit pas à dissuader les mineurs. En 2019, la Chine a interdit le commerce des crypto-monnaies pour lutter contre le blanchiment d’argent. Mais le “minage” de bitcoins y reste autorisé.

Natura Sciences avec AFP

Natura Sciences en accès libre grâce à vous !

Natura Sciences est un média qui appartient intégralement à ses lecteurs et à ses journalistes. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance. Nos articles sont en accès libre pour que tout le monde puisse s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques, sans distinction de revenus.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est ainsi que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :