La Namibie met aux enchères 170 éléphants sauvages. Elle veut ainsi diminuer les conflits entre l’homme et l’éléphant, notamment face à la sécheresse qui sévit dans le pays. Grâce à une politique de conservation réussie, le pays compte aujourd’hui 28.000 éléphants contre 5.000 en 1990. Pour Ifaw, cette vente aux enchères va à l’encontre de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction.

La Namibie met aux enchères 170 éléphants
La Namibie met aux enchères 170 éléphants. PHOTO//CC0 Domaine public

On ne sait pas quand et où la vente aux enchères aura lieu, car le gouvernement namibien n’a pas encore annoncé ces détails”, prévient Neil Greenwood, directeur régional d’IFAW pour l’Afrique australe. Les médias locaux rapportent que le gouvernement envisagerait de les vendre en Namibie et à l’étranger. Il conditionnerait toutefois cette vente à certains critères stricts concernant leurs soins et leur sécurité. “Jusqu’à présent, aucun document permettant d’évaluer ces conditions n’a été partagé publiquement”, avance Neil Greenwood.

Selon les chiffres du ministère namibien de l’Environnement, la Namibie comptait une population de 28 000 éléphants en 2019. Les éléphants se trouvent principalement dans les régions du nord de la Zone de conservation transfrontalière du Kavango-Zambèze. La Namibie présente un bon bilan en matière de protection de la faune. Et elle en tire pleinement profit, quitte à s’attirer les foudres des défenseurs de la faune sauvage.

Une mise aux enchères d’éléphants contraire aux recommandations de la CITES

Pour le fonds international pour la protection des animaux (Ifaw), cette vente aux enchères va à l’encontre des recommandations de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES). En 2019, lors de la réunion de la COP18 de la Cites, les gouvernements ont convenu de limiter le commerce, à quelques exceptions près, aux pays situés dans l’aire de répartition naturelle des éléphants d’Afrique et uniquement à des fins de conservation.

La Namibie fait partie d’un certain nombre de gouvernements d’Afrique Australe à avoir déclaré par la suite qu’ils se réservaient le droit de ne pas appliquer la définition du terme “destinations appropriées et acceptables”. Autrement dit, ils se réservent le droit de vendre des éléphants partout dans le monde. À ses côtés, le Botswana, la République démocratique du Congo, l’Eswatini, la Tanzanie, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe.

Des risques importants de trafic et de maltraitance

La simple vente d’éléphants sonne l’alarme pour le bien-être à long terme des animaux et il existe de nombreux exemples de ventes similaires se terminant par des années de captivité tragique et cruelle pour chacun des éléphants”, prévient Neil Greenwood, directeur régional d’IFAW pour l’Afrique australe. 

Vendre les éléphants n’empêchera pas les conflits entre l’homme et l’animal. La manière la plus efficace de réduire le problème des conflits est de travailler avec les communautés pour s’assurer que les habitats sont gérés correctement et que des solutions sont trouvées pour garantir la protection de la faune et des personnes qui vivent à ses côtés. Cela a été prouvé à maintes reprises dans toute l’Afrique australe,” conclut Neil Greenwood, directeur régional d’IFAW pour l’Afrique australe. 

Auteur : Matthieu Combe, journaliste de Natura Sciences

LE NOUVEAU NATURA SCIENCES SUR ULULE

Alors que 53% Français estiment que les médias et les journalistes n'accordent pas assez de place à la crise écologique et climatique, le média Natura Sciences lance sa nouvelle formule pensée pour faire face aux défis climatiques et écologiques d'ici 2030. Notre mission : construire une nouvelle société, plus respectueuse des humains et du vivant dans toutes ses composantes.

Cette nouvelle formule, davantage tournée vers l'action et plus incisive, est en pré-vente exclusive sur Ulule jusqu'au 10 novembre prochain. Elle est soutenue par plusieurs personnalités dont le climatologue Jean Jouzel, la lauréate du prix Goldman pour l'environnement Lucie Pinson ou encore la réalisatrice Marie-Monique Robin. L’exigence de Natura Sciences passe encore et toujours par son indépendance et l’absence de toute publicité.

Partagez, pré-abonnez-vous, nous comptons sur votre soutien, merci !


La rédaction vous conseille aussi :