Un arbre produit de l’oxygène par photosynthèse et en consomme par respiration. Finalement, produit-il plus d’oxygène qu’il n’en consomme ? Lui doit-on l’oxygène présent dans l’atmosphère ? Ne doit-on pas chercher ailleurs l’origine de cet oxygène atmosphérique ? Réponses sur la provenance de l’oxygène de l’air.

oxygène provenance

Lors de la photosynthèse, il y a consommation de dioxyde de carbone et d’eau pour produire du glucose et du dioxygène. PHOTO//CC0 Creative Commons

La photosynthèse consomme du dioxyde de carbone et de l’eau pour produire du glucose et du dioxygène. Le glucose constitue le « carburant » de la croissance de la plante. La respiration cellulaire quant à elle va consommer une partie de ce glucose et de l’oxygène pour former de l’’oxygène et de l’eau.

Les plantes et les arbres respirent

Seule une partie du glucose produit par la photosynthèse servira à la respiration de la plante. La respiration de l’arbre s’effectue principalement par ses racines, ses feuilles et, dans une moindre mesure, par son tronc et ses branches. L’intensité de sa respiration, et donc de sa consommation d’oxygène, dépend de son âge. Elle est maximale au début de sa vie, durant sa période de croissance (printemps), puis, elle ralentit, au fur et à mesure que son âge augmente.

Il semblerait donc qu’un arbre produise plus d’oxygène qu’il n’en consomme. Cependant, à sa mort, ses tissus sont « mangés » par des bactéries, des champignons et la microfaune du sol. À la fin de sa décomposition, tout l’excédent d’oxygène qu’il avait produit lors de sa vie sera donc été réutilisé. En parallèle, il rejette la même quantité de CO2 qu’il avait fixé en grandissant. On se rend alors compte qu’il est impossible, en pratique, de faire un bilan précis de la production et de la disparition de ces deux gaz parce qu’une forêt est un système ouvert échangeant avec son environnement.

Qui produit l’oxygène que nous respirons ?

Lorsque l’on fait les comptes, l’oxygène présent dans l’air et provenant des forêts trouve son origina dans la biomasse produite et non encore métabolisée, dans la matière organique fossilisée et dans la matière organique sédimentée. Dans une forêt vierge, le volume de matière en croissance est pratiquement égal au volume en décomposition. Au total, la quantité d’oxygène produite est égale à la quantité consommée qui se transforme sur le sol en humus. Il n’y a pas de surplus d’oxygène. Une forêt ne peut donc produire de l’oxygène que si elle devient de plus en plus étendue.

En réalité, les principaux systèmes produisant un surplus d’oxygène sont les forêts en formation, et les algues dans les mers, dans la mesure où leurs « produits » sont conservés. D’après des études récentes, c’est  le phytoplancton présent dans les océans qui, à lui seul, fournit la majorité du dioxygène atmosphérique à travers le cycle marin de l’oxygène.

Une gestion durable des forêts pour produire du dioxygène

Feuilles et aiguilles permettent  la photosynthèse.  Les arbres ne sont pourtant pas tous égaux en production d’oxygène. D’une façon générale, plus un arbre produit de glucose pour grandir, plus il produit de l’oxygène. Les forêts qui produisent le plus d’oxygène sont les forêts où l’on exploite le bois. En effet, un arbre qui croît produit plus d’oxygène qu’il n’en consomme.

Les végétaux  dégagent aussi de l’oxygène. Cette action étant proportionnelle à la surface foliaire, leur production est très inférieure à celle d’un arbre occupant la même surface au sol.

Auteur : Matthieu Combe, journaliste du magazine Natura-sciences.com

LE NOUVEAU NATURA SCIENCES SUR ULULE

Alors que 53% Français estiment que les médias et les journalistes n'accordent pas assez de place à la crise écologique et climatique, le média Natura Sciences lance sa nouvelle formule pensée pour faire face aux défis climatiques et écologiques d'ici 2030. Notre mission : construire une nouvelle société, plus respectueuse des humains et du vivant dans toutes ses composantes.

Cette nouvelle formule, davantage tournée vers l'action et plus incisive, est en pré-vente exclusive sur Ulule jusqu'au 10 novembre prochain. Elle est soutenue par plusieurs personnalités dont le climatologue Jean Jouzel, la lauréate du prix Goldman pour l'environnement Lucie Pinson ou encore la réalisatrice Marie-Monique Robin. L’exigence de Natura Sciences passe encore et toujours par son indépendance et l’absence de toute publicité.

Partagez, pré-abonnez-vous, nous comptons sur votre soutien, merci !


La rédaction vous conseille aussi :
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
dedelrem

Cet article reste un peu vague sur le phytoplancton qui renouvelle l’oxygène. En fait seule la partie du carbone qui reste coincée au fond des océans ou dans les tourbières renouvelle l’oxygène en le laissant en excès . Autant qu’on puisse évaluer, l’oxygène se renouvelle tous les environs 200000 ans avec autant en atomes de carbone séquestré dans les sols ou les océans, comme pour le pétrole, le charbon et le gaz CH4. Donc en brulant ces carburants fossiles vite, on va bien plus vite supprimer tout l’oxygène respiré, car il y a bien plus de carburants fossiles stockés dans la terre sur les derniers 600 millions d’années que d’oxygène libre dans notre atmosphère (une bonne partie de l’oxygène produit a servi à oxyder le fer et les métaux dans la terre pendant encore plus longtemps, et le niveau actuel est plus élevé car cette vitesse d’oxydation a diminué dans les derniers 600 millions d’années par rapport aux 2 milliards d’années avant avec la photosynthèse des cyanobactérioes )

Amina Koumad

je n’est pas compris mais en gros si il n’y a pas d’arbres il n’y a pas de dioxygène

picard

coquille regrettable au début de l’article : la respiration ne produit pas de dioxygène mais du co2