Plusieurs enquêtes dénoncent le massacre des poussins mâles, broyés et étouffés. La France n’est pas épargnée : L’association L214 dévoile des images issues d’un couvoir de Bretagne.

Poussins élevage

Les poussins mâles des poules pondeuses sont inutiles pour une raison simple : ils ne pondent pas. Ils sont donc exterminés juste après la naissance…

Vous pensiez qu’un poulet était un poulet ? Depuis plus de cinquante ans, il en existe pourtant deux sortes : les poulets de chair et les poules pondeuses. Leur corps et leur métabolisme sont très différents. Ils ont été conçus en vue d’optimiser les rendements dans les deux filières. Ainsi, la production d’œufs des poules pondeuses a plus que doublé depuis les années 1930. En contrôlant la lumière, la nourriture et l’heure des repas, l’industrie est en mesure de forcer les volailles à pondre toute l’année. Aujourd’hui, une poule pond plus de 300 œufs par an. Pendant ce temps, les poulets de chair élevés pour leur viande ont été manipulés pour atteindre une taille plus de deux fois supérieure en deux fois moins de temps et en mangeant deux fois moins !

Dans les entreprises d’accouvage,  des milliers de poussins à destination d’élevages de poules pondeuses ou de poulets de chair éclosent. À la naissance, les poussins sont triés et « sexés ». Les femelles de type « pondeuse » sont conservées tandis que les poussins mâles de la même souche sont écartés et traités en déchets. Les poussins faibles ou malformés subissent le même sort. En effet, dans ces élevages industriels, les poussins mâles des poules pondeuses sont inutiles pour une raison simple : ils ne pondent pas. Ils ne conviennent pas non plus pour être élevés comme poulets de chair. Ils sont donc exterminés juste après la naissance.

Pour arriver à cette fin, il est possible de les broyer, les gazer, les jeter vivants dans des sacs plastiques ou des bennes à ordures où ils étoufferont lentement, les écraser, les enterrer vivants… Bref, s’en débarrasser de la façon la plus économique possible. Ces pratiques ont été dénoncées par deux associations étrangères qui ont filmé des élevages en caméra caché. Vous trouverez facilement la vidéo en tapant « poussin mâle » dans n’importe quel moteur de recherche sur Internet (on vous met tout de même une vidéo ci-dessous).

Lire aussiAbattoir bio du Gard: scandale révélé par L214

Et en France?

L’association L214 dévoile également une vidéo d’une entreprise bretonne d’accouvage. Elle montre la panoplie d’horreurs que ces poussins mâles subissent. Les images montrent également des travailleurs nettoyant le sol de l’entreprise à la raclette sans prendre garde aux poussins encore vivants tombés par terre.

Lire aussiLe foie gras : une torture haut de gamme

Le massacre des poussins mâles, filmé par L214

massacre poussins

Comment choisir ses oeufs pour éviter le massacre? « En n’achetant « pas d’oeufs ou de produits en contenant », répond L214

En France, les couvoirs  mettent fin aux jours de dizaines de millions de poussins par diverses façons.  Selon L214, 7 couvoirs ont fait éclore 54 millions de poulettes en France en 2013. Environ autant de poussins mâles ont été tués le premier jour de leur vie.

Quelle que soit l’origine des œufs – conventionnel, plein air ou bio , le sort des poussins est le même. Ce massacre se fera toutefois dans des conditions plus ou moins « dignes » suivant les élevages. Mais peut-on réellement justifier un tel massacre ? Pour y mettre fin, L214 conseille donc de ne plus manger d’oeufs, ou à défaut, signer sa pétition. Plus généralement, cette sombre pratique montre encore une fois bien l’intérêt des circuits courts qui nous permettent d’en apprendre plus sur l’origine de notre nourriture en discutant avec les éleveurs et agriculteurs.

Pour connaître la filière des œufs que vous consommez, vérifiez l’étiquetage. Chaque œuf porte une mention sous la forme «  0-FR-XYZ1 ». Le premier chiffre explicite le type d’élevage. 0 désigne l’élevage biologique. Il est remplacé par 1,2 ou 3 respectivement pour un œuf provenant d’un élevage en plein air, au sol ou en cage. Les lettres suivantes montrent le pays de production (ici « FR » pour la France). Enfin, le dernier groupe permet d’identifier le producteur et le bâtiment de ponte.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :

  • louis

    Impressionant… Le marquage 3 pour l’élevage en cage semble donc à éviter et le 0 à privilégier. Les marquages 1 et 2 sont-ils aussi à éviter ?

  • Natura Sciences

    Les oeufs bio sont à privilégier pour de multiples raisons. Autant du point de vue « bien être » animal que du point de vue environnemental. En revanche, les élevages biologiques sont de plus en plus industriels (article publié demain). La simple mention « 0 » ne garantit donc pas l’absence de ces traitements… D’où l’importance des circuits courts !

  • Mireille-bio

    Pour connaître la provenance des oeufs, les logos « Pondus en France  » et  » Œufs pondus en France  » vont progressivement apparaître sur les boîtes d’oeufs bio et les produits fabriqués avec ces oeufs.
    Ce nouveau logo va permettre d’identifier l’origine française des oeufs bio, qu’ils soient vendus en boîtes ou utilisés dans la transformation et l’élaboration des ovoproduits (pâtes, gâteaux…)

  • J’ai été intriguée par le titre de l’article… Peut-on éviter le massacre des poussins mâles pour la production d’oeufs??? Eh bien non: « Quelle que soit l’origine des œufs – conventionnel, plein air ou bio-, le sort des poussins est le même. » Je me disais aussi…
    Quel dommage par contre que le journaliste ne pousse pas plus loin sa réflexion; sa solution, privilégier les circuits courts pour savoir comment les poussins mâles ont été abattus, pour sans doute privilégier la technique la plus éthique. Pour rappel, on a le choix entre des poussins broyés vivants, étouffés dans des sacs plastiques, enterrés vivants, gazés et jetés dans une benne où on les laisse mourir tranquillement, moi je vois difficilement où est l’éthique là dedans… Pourquoi ne pas stopper sa consommation d’oeufs? C’est ce que je fais avec beaucoup de bonheur depuis deux ans, et quel joie de ne plus participer et financer ce massacre.

  • Dominic

    Merci d’avoir abordé ce sujet très méconnu. En présentant les poulets de chair sélectionnés génétiquement pour être des athlètes, on comprend bien que les mâles de la race des pondeuses ne font pas le poids et n’ont pas d’intérêt économique.

    En revanche je n’ai pas comris le lien entre ce problème et la proximité géographique de l’élevage à laquelle vous recommandez de faire attention. (?)

    En quoi le fait qu’un élevage s’approvisionne en poussins dans un couvoir dont la seule qualité est d’être proche garantit-il un sort plus enviable aux mâles ? Pareil si on achète ses oeufs dans une ferme proche : en quoi est-ce que change le sort des mâles broyés ?

    On peut aussi limiter ou stopper les oeufs, il n’y a rien d’indispensable dans ces ovules d’oiseaux …

  • Merci pour vos réactions. En effet, ce n’est pas parce qu’un élevage est proche que le sort des mâles sera plus enviable ! L’idée était simplement de dire qu’en s’approvisionnant en circuits courts et pouvant dès lors interroger l’éleveur, il était plus simple de savoir quel était le sort des poussins mâles. Comme le souligne bien Aurélie Kuhn, j’aimerais effectivement savoir quelle est au final technique la plus éthique : gazage, broyage, etc. ou alors tout simplement avoir des poules dans son jardin ? Si quelqu’un a la réponse, qu’il la fasse connaître ! Il serait possible d’utiliser des poules qui seraient moins génétiquement sélectionnées et donc dont les poussins mâles seraient utilisés pour faire des poulets de chair… Mais ce n’est pas la tendance observée en élevage industriel ! Ceci demanderait de réduire drastiquement la consommation, la production et donc la rentabilité économique. Je vous invite d’ailleurs à lire le nouvel article « La Vérité sur la viande qui dérange » Si quelqu’un a une solution à ce problème, qu’il n’hésite pas à la partager !

  • Lucie

    Vous avez du mal lire Aurélie Kuhn, parce qu’elle vous la donne, la solution : ne plus consommer d’œufs !

    Selon les préparations, il est tout à fait possible d’utiliser des substituts : farine de pois chiche, fécule de maïs, fécule de tapioca, banane écrasée, compote de pomme, etc.

    Quand vous voulez transformer une recette contenant des œufs, faites une recherche de type « crêpes végan », « gâteau végan », « omelette végan », etc.

  • Jeanne Dupont

    En effet, la seule solution pour éviter ce massacre est de cesser complètement la consommations des œufs ! Je n’en utilise jamais et procède comme l’indique Lucie en utilisant des substituts qui les remplacent avantageusement.

  • et pourquoi pas

    Non, la seule solution n’est pas de cesser de manger les oeufs. On peut aussi avoir 2-3 poulets soi meme pour avoir les oeufs ou les acheter a des gens qui en on t3-4.

  • ginette boudreau

    Je trouve que de manger des substituts d’œufs au lieu de manger de vrais œufs n’est vraiment pas la solution idéale…quels ingrédients entrent dans la confection de ces substituts ? Je préfère cent fois mieux manger naturel qu’artificiel.

  • Atebasha

    « Selon les préparations, il est tout à fait possible d’utiliser des substituts : farine de pois chiche, fécule de maïs, fécule de tapioca, banane écrasée, compote de pomme, etc. »

    Ah pardon Ginette, ces ingrédients végétaux ne sont pas naturels ! Au temps pour moi.

  • Oiseau-de-Pluie

    Ginette Boudreau : sauf que le « naturel », comme tu dis, c’est du meurtre, du sang et de la souffrance (pas uniquement les oeufs, mais aussi ta viande et ton poisson)…

    Moi, je préfère 100 fois manger des produits artificiels, qui ne nécessitent ni sang, ni meurtre, ni souffrance, ni torture, ni cruauté ! Et qui sont très bons pour la santé aussi. Je mange régulièrement de la fausse viande et du faux poisson que j’achète sur le site « Un Monde VEGAN », c’est très bon, et je suis en parfaite santé, je fais même régulièrement des dons de sang.

  • Miss-sourire

    Mais tous les oeufs ne sont pas fécondés…dans ce cas, on n’est pas complice du massacre de poussins mâles, non? Par contre, il risquerait d’y avoir plus d’oeufs fécondés en bio ( présence plus certaine de coqs dans la basse-cour) et pas du tout en « batterie »…(Là-dessus, j’aimerais avoir tort!)

  • Sophie

    Les oeufs, fécondés ou non, sont pondus par des poules, et non par des coqs. Donc à partir du moment où on mange un oeuf, on peut se douter que pour qu’il soit produit il a fallu sélectionner la poule pondeuse, donc tuer des poussins mâles.

  • Guest

    Svp….tout oeufs acherrer en magasin participe a ca….meme bio….faut arreter de croire aux elevages a la oui oui ou les petits males sont epargnes….merci

  • Marc Grabowski

    Tout oeufs nest pas feconde, mais tout elevage doit renouveller ses pondeuses, meme e bio donc….tout oeufs achetter participe a ca….simple…..

  • Mimi

    Mais Bio = ne veut pas dire qu’ils sont en pleins air car ils peuvent manger bio dans leur cage…mieux vaut prendre pleins air tout simplement ! non??

  • Bijoux Des Îles

    Bio, c’est en plein air,
    mais les poussins mâles sont tués aussi.

  • Mimi

    ok mais ils sont tués dans tout les cas de figure c’est ça ?

  • lande

    la seule solution est le sexage dans l’oeuf et après, il n’y aura plus que des poussins femelles à naître pour produire des oeufs

  • Bijoux Des Îles

    oui malheureusement 🙁

  • Isabelle Laurent

    J’ai même remarqué que parfois ne rien mettre du tout à la place de l’oeuf ne changeait en fait rien à la recette.

  • HVL

    Si on trouve des oeufs provenant d’une ferme ou d’une production « plein air » et qui ne sont pas fécondés (pas de coq présent), à ce moment là, les oeufs seront uniquement prévus pour la vente.

  • Gab

    Si la consommation de coquelet et coq était égale a la consommation des poules, il y aurait moins de massacre, Ils seraient tous rediriger vers des élevages spécialisée, non ?

  • Marine

    Est-ce qu’il est possible de savoir quels élevages tuent leurs poussins dans des conditions décentes = où les poussins meurent rapidement (et où on contrôle qu’ils sont tous bien morts, parce que vu les vidéos ça a pas l’air d’être une préoccupation très importante pour tous les éleveurs)?

    Pour moi le gazage est une méthode plus propre que le broyage par exemple, je ne comprends pas comment ils ont pu être autorisés à broyer des poussins par le gouvernement d’ailleurs. Bon ensuite je suppose que c’est vraiment au cas par cas et qu’il est impossible de savoir ça en regardant simplement la boîte j’imagine…

  • arthur

    Le broyage qui coûte moins cher que le gazage est autorisé par les textes européens et est pratiqué par tous les couvoirs français où se fournissent les éleveurs (même bio et plein air). Derrière chaque oeuf il y a donc un poussin broyé.

    S’il faut être vraiment être efficace, il faut simplement arrêter d’en acheter. Et c’est aussi réalisable que de se passer d’un iPad.

  • Elisabete Gonçalves

    Le sexage dans l´oeuf est la meilleure solution.Il est urgent de l´étendre a tous les types d´élevage.
    En attendant on peut toujours élever les poussins males pour en faire des poulets plus petits destinés a la préparation d´aliments pour les chiens et les chats. Il est monstrueux et répugnant de tuer des poussins d´un jour pour les jeter.

  • Mehdi Robert

    Vous vous êtes vous poser la question si l’homme est fait pour manger des oeufs ?

  • Carole

    Oui mais cela n’empêche pas le fait que les mâles soient tués.

  • Franck

    A la vue de toutes ces discussions, que reste-t-il du plaisir de manger ? Tout comme la viande ou le poisson, il est important également d’apprécier ces moments en mangeant des ingrédients de qualité et en choisissant de consommer auprès de producteurs locaux respectueux (pas forcément bio d’ailleurs). C’est facile à dire pour ceux qui ont cette chance et cette éducation. Mais on ne réglera pas le problème alimentaire en supprimant de l’alimentation des produits sous prétexte qu’il faille tuer des animaux pour se les procurer. Pour de nombreuses personnes, il est acceptable de tuer pour se nourrir et j’en fais partie car je sais qu’elle est le prix de la vie animale pour avoir eu également poulets, cochons… L’industrialisation de la vie est un autre problème qui lui doit être combattu en tant que dénigrement de la sensibilité. Mais qui vous dit que le blé ou la courgette ne souffre pas d’être tranchés ?

  • Quentin Delbooka

    Le cri de la carotte! Un classique!
    Il vous faut un système nerveux et un cerveau pour ressentir les choses et y reagir (sauf principe mecanique tel que la sentitive)

    « je sais qu’elle est le prix de la vie animal »
    Déjà « qu’elle » m’a piqué les yeux, mais sérieusement, le prix de la vie d’un animal c’est votre appetit? Votre plaisir?

    Vous ne devez, à mon avis, ne rien connaître de la valeur d’une vie, si pour vous elle se résume à être consommée pour votre plaisir.

    Que reste-il du plaisir de manger?
    La blague..

  • Quentin Delbooka

    Le gazage, une technique humaine?
    Nous ne devons pas être les mêmes (H)humains.

  • Franck

    Mea culpa pour le « qu’elle ». Je m’en vais de ce pas me flageller pour ne pas m’avoir relu et punir mon IPhone de s’être permis de bafouiller son écriture intuitive. Votre lucide remarque étant traitée je me permets de poursuivre. Vous ne semblez pas maîtriser l’ironie mais il faut peut être être doué d’un système nerveux pour démêler les subtilité d’un propos. Quant au plaisir de manger, il s’avère que lorsque vous vivez avec des animaux que vous avez élevés et que vous décidez de les consommer, ils vous ramènent à ces bons repas partagés en famille. Autour de la table, les gens ne sont pas assoiffés de sang et munis de couteaux. Ils sont juste des personnes amoureuses d’un terroir et du savoir faire d’un cuisinier, qui s’il a certes été un bourreau pour vous, est aussi un père, frère ou une maman aimante capable d’offrir ce qu’elle peut à la table de gens qu’elle aime. Il est peut être plus facile de dénigrer le système dans son ensemble et de ne pas faire la part des choses. Fainéantise intellectuelle ou enfermement idéologique?

  • pascale

    mais comment on fait pour sexer les oeufs ? moi j’ai une poule qui veut couver, les oeufs qu’elle pond ne sont pas fécondés, donc pour ne pas la laisser s’épuiser pour rien je voulais lui mettre un oeuf d’une poule de la ferme à côté mais je veux un oeuf femelle pour ne pas avoir de problèmes avec les voisins. Chez moi tout le monde mourra de vieillesse les animaux font partie de la famille et nous sommes vegetariens. donc comment on fait pour sexer un oeuf?

  • sarko

    Si on pouvait sexer les œufs on le ferai…..
    Je récapitule pour les non-cultivés vegan qui envahissent cette conversation.
    Le problème n’est pas l’oeuf, aucun élevage de poules pondeuse n’a de coq donc les œufs ne sont pas fécondés. Un élevage de poules pondeuses c’est uniquement des femelles, que ce soit cage, plein air, ou bio.
    Pour obtenir ces cheptels de poules (femelle) il y a forcément des élevages naisseurs qui eux ont des reproducteurs mâles et femelles et vendent des poussins. Hors ils ne vendent que les femelles, les mâles eux sont tués car inintéressant pour les élevages de pondeuse et inintéressant pour les élevage de poulet de chair car issu de race de ponte.

  • pascale

    merci j’avais compris c’était pas la peine de répéter tu es hors sujet. Quand tu veux parler de culture, évite les fautes d’orthographe, et puis si tu veux répondre lis d’abord la question.

  • Jérôme

    Non, il n’y a pas « derrière chaque oeuf un poussin broyé », mais derrière chaque poule pondeuse un poussin broyé. Soit environ un poussin broyé pour 300 oeufs produits.

  • Moi

    C’est une honte pour l’humanité ! J’espère que les associations vont faire des actions coup de point pour arrêter ces massacres ! je suis prêt à participer !

  • MARY

    Une autre solution : manger des oeufs d’autruche. La filière est placée sous la tutelle du Ministère de l’Environnement, pas sous celle de l’Agriculture…

  • Mi Self Indulgence

    Pourquoi ? ca ne tient qu’aux gens, ou à soi meme, de les tuer ou pas ?( hors cadre d’élevage et rendement)

  • buisson

    moi j’ai tjs des poules, soit réformées d’élevage(je leur évite abattoir) ,soit achetées chez un « paysan » .elles n’ont pas le bec coupé(contrairement aux réformées)et leurs « frères » n’ont pas étés broyés.ils finissent, certes, dans des assiettes(pas la mienne)mais comme on ne peut convertir tout le monde au végétarisme….
    mes poules vivent en liberté, et ne sont pas « éliminées » lorsqu’elles ne pondent plus.Je pense avoir fait un choix juste et je n’ai pas honte de manger des œufs produits de cette façon.

  • Végé Talienne

    Et non, vu que la poule que vous aurez achetée en toute bonne conscience pour la chouchouter, vient forcément d’un élevage où sévissent ces pratiques immondes. Donc, entre l’oeuf et la poule, il faut choisir. Personnellement je me passe très bien d’oeufs, et je recueille des poules pour leur offrir une vie normale d’être vivant ayant le droit de vivre sur cette planète. Leurs oeufs, je les laisse aux cochons ( que je ne mange pas bien sûr, ni aucun animal). Côté culinaire, pour remplacer les oeufs, suffit de mettre de la maizena ou de la fécule de pomme de terre qui agglomèrent les préparations, un peu d’agar-agar aussi si on veut ( gélifiant végétal), et pour le côté « onctueux » on ajoute du soja en crème ( ou crème de riz, d’amande, d’avoine, tout ça se trouve au rayon bio). Pour le goût de l’oeuf, qui est en fait le goût du soufre ( cf. les boules puantes, vous savez? lol), il existe des sels soufrés, moi je connais le « kala namak », ou « sel noir » ( en hindi) qui se vend en épicerie spécialisée ou sur le net. Bon appétit, et dans le respect de toute vie! Le végétalisme c’est la forme, la conscience, le bonheur!!!

  • Végé Talienne

    argument désespérant du fameux « cri de la carotte qu’on arrache ». C’est vrai que c’est déchirant ces cris de carotte remplissant la campagne au moment des récoltes. Alors, pourquoi ne pas manger en paix ces pauvres bêtes stupides qui se débattent dans les chaines d’abattage, hurlent à la mort en pissant le sang et en voyant la mort approcher? Je vous souhaite un jour de vous réincarner en carotte, et pas en animal.

  • Christine

    Petite parenthèse : on peut faire une omelette sans casser des oeufs aurait dit certains ! et bien oui on peut faire une omelette sans oeufs comme par exemple (mais il y a d’autres possibilités) avec de la farine de pois chiches mélangée à du lait de soja (comme une pâte à crêpes) que l’on fait frire, et quand le dessous est bien saisi, on peut mettre par dessus des champignons ou autre préparés dans une autre poêle et on fait glisser ensuite l’ensemble dans l’assiette en repliant l’omelette ! c’est bluffant et c’est bon ! Il existe des produits de substitution d’oeufs pour incorporer dans les recettes (entiers, blancs, jaunes) dans les magasins spécialisés (c’est de plus en plus répandu et à disposition).

  • Audrey Lenga

    Je me demande un truc, pourquoi ces chaines de productions ne vendent pas leur poussins mâles? c’est encore assez lucratif, au lieu d’investir dans l’achat de matériel pour tuer ces bêtes, ils gagneraient à procéder à des ventes via internet, via des flyers et autres, ainsi les gens peuvent se procurer des poussins mâles qu’ils élèveront tranquillement pour loisir comme pour l’alimentation des ménages…

  • Audrey Lenga

    Au Cameroun ils ne sont pas tués, ils sont vendus et/ ou élevés aussi!

  • Svet

    On peut très bien avoir des poules sans forcément les faire se reproduire, c’est à dire en ayant seulement des poules et donc aucun risque d’avoir des oeufs fécondés, car oui les poules n’ont pas besoin d’être fécondées pour faire des oeufs, elles pondent naturellement.
    Alors à partir du moment ou les oeufs ne sont pas industriel et quela personne en question (voisin ou soit même) s’occupe bien de ses poules, ne les exploite pas et que la ou les poules pondent, pourquoi ne pas alors manger les oeufs puisque de toute façon si ils ne sont pas mangés ils pourriront…

  • Sabine Baillergeau-Steffen

    bonjour,
    le label bio signifie aussi (normalement) un certain respect de l’animal,donc pas d’élevage en cage. IL faut regarder le numero sur l’oeuf…