Le syndrôme du Titanic. Réalisé par Nicolas Hulot et Jean-Albert Lièvre en 2007. 1h33. Note : 2/4

Le syndrôme du Titanic. Réalisé par Nicolas Hulot et Jean-Albert Lièvre en 2007. 1h33. Note : 2/4

«Ce film est davantage un appel à la raison et un acte politique qu’un documentaire sur la crise écologique », voilà ce que déclarait Nicolas Hulot à la sortie du film. Et c’est bien le cas ! Dans cette pellicule, Nicolas Hulot analyse de façon philosophique la société actuelle et le rôle que l’homme a à y jouer. C’est une invitation à une réflexion personnelle sur notre mode de vie et de nos vrais besoins. Le plus grand défi à surmonter est celui de ne plus être matérialiste « Est-il possible de ne garder que l’essentiel ? », nous interroge-t-il. Les cultures disparaissent, l’occidentalisation se retrouve partout. Les images opposent la technologie devenue le Dieu à la situation précaire de la majorité. Le superflu a pris le dessus: bar à oxygène à Tokyo, piste de ski intérieure à Dubaï pour ne citer qu’eux. Au Nigeria, les composés électroniques sont démontés à la main. Ce qui ‘est pas retenu est brûlé à ciel ouvert, générant des fumées extrêmement toxiques.

Au final, le film est malheureusement assez décousu. Il faut repenser le système, certes, on commence à le comprendre. Mais il faut apporter des pistes solides, on ne peut pas se limiter à quelques beaux propos du réalisateur : « Cesser de donner de la valeur à ce qui est superflu, en redonner à ce qui est nécessaire ». Ce travail mérite une vraie attention et est un grand défi à relever. N’en reste pas moins que les images du film sont superbes, parfois dérangeantes, et certains propos tout de même percutants.

Bande-annonce de Le syndrôme du Titanic

Natura Sciences en accès libre grâce à vous !

Natura Sciences est un média qui appartient intégralement à ses lecteurs et à ses journalistes. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance. Nos articles sont en accès libre pour que tout le monde puisse s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques, sans distinction de revenus.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est ainsi que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :