La transition énergétique est en marche. La feuille de route pour la transition écologique publiée par le gouvernement le jeudi 20 septembre 2012 dévoile le calendrier du grand débat national sur la transition énergétique voulu par le Président de la République. Le débat national couvrira une période allant de novembre 2012 à mai 2013. Il sera organisé autour de quatre grandes questions étroitement liées et se déroulera en trois étapes.

grand débat national sur la transition énergétique

La part du nucléaire dans la production d’électricité française doit passer de 75% à 50 % en 2025. © Natura Sciences

Le cap est donné. La transition énergétique sera fondée sur deux principes :l’efficacité et la sobriété énergiques d’une part, et la priorité donnée aux énergies renouvelables d’autre part. Encore faudra-t-il donner les bonnes orientations pour parvenir aux objectifs. Pour cela, il faudra définir en premier lieu un nouveau mode de développement. L’évolution des modes de vie, de production, de consommation, de transports ainsi que des services énergétiques nécessaires doit constituer le point de départ de ce débat, selon la feuille de route du gouvernement. La définition de ce nouveau mode de développement constituera la première thématique de ce vaste débat sur la transition énergétique.

Des objectifs clairs ont été fixés par le Président de la République et le Premier Ministre lors de la Conférence environnementale des 14 et 15 septembre derniers. La part du nucléaire dans la production d’électricité française doit passer de 75% à 50 % en 2025. Les énergies renouvelables, notamment l’éolien et le photovoltaïque, seront soutenues sur le long-terme. En revanche, quelle trajectoire suivre pour atteindre le mix énergétique en 2025 ? Quel type de scénarii possibles à horizon 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France ? Cela sera le deuxième sujet.

Se fixer des objectifs, c’est bien. Les atteindre, c’est mieux ! Quelles seront donc les énergies renouvelables à privilégier pour y parvenir ? Quelles nouvelles technologies devrons-nous appliquer et développer ? Quelle stratégie de développement industriel et territorial suivre ? Vous l’aurez deviné, il s’agira de la troisième thématique.

Tous les engagements ont un coût. Mais, quels coûts ? Il faudra chiffrer en détail ces projets et trouver les moyens de financements. La dernière thématique est présentée.

Trois grands temps pour ce débat national sur la transition énergétique

Le premier temps sera celui de la pédagogie et de l’information. Il s’étendra de novembre à décembre 2012. Les grands médias nationaux et régionaux seront mis à contribution pour informer le plus grand nombre tout au long du débat.L’objectif est d’établir un socle commun d’information et de connaissance, sur la base de scénarii rigoureux, mais contrastés pour élaborer et comprendre les différentes trajectoires qui s’offrent à nous en matière d’actions.

Viendra ensuite la  phase de participation du grand public de janvier à avril 2013. Au plus proche des citoyens, la place donnée à l’énergie devra être la plus grande possible. A travers des séminaires, débats et auditions publics au niveau national et régional, forums citoyens, le grand public sera au centre de l’action. Les régions devront veiller à assurer la cohérence de l’ensemble des initiatives territoriales au niveau infrarégional.

Comme toutes les belles choses ont une fin, s’en suivra une phase de synthèse et d’élaboration de recommandations en mai 2013 qui débouchera sur un projet de loi de programmation en juin 2013.

Un débat animé

Une commission nationale respectant l’équilibre des six collèges, dont des parlementaires, constituera le « Parlement » du débat. Animée par un comité de pilotage, elle s’appuiera sur un comité d’experts scientifiques nationaux et internationaux et un comité citoyen.

Cette commission mènera un dialogue organisé et transparent avec l’ensemble des entreprises concernées par le débat, selon des modalités qui devront être précisées. Elle veillera à entretenir un dialogue avec le Parlement, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) et la Commission nationale du débat public (CNDP) pendant toute la durée du débat.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :